Long-courrier

La statue de Marina Bay, à Singapour
Photo: Roslan Rahman Agence France-Presse La statue de Marina Bay, à Singapour

Un mois à Hawaï

« Moi et mon épouse sommes retraités depuis peu. Nous aimerions, avec une amie, passer un séjour à Honolulu pour une période d’environ un mois (janvier ou février 2016). Nous avons besoin de vos conseils pour l’hébergement, le transport sur place ainsi que les billets d’avion.

« Voici nos critères : appartement ou condo avec deux chambres et une cuisinette, à un ou deux kilomètres de la plage de Waikiki ; propreté très importante ; budget entre 1500 et 2500 $US par mois ; secteur tranquille et sécuritaire ; laveuse et sécheuse. Merci pour votre chronique, toujours intéressante et utile. »

Pierre Drapeau

Des demandes pointues… Pour les billets d’avion, Air Canada propose le meilleur achat. Quant aux transports locaux, les Hawaïens parlent de holoholo, les Américains d’island hopping, des sauts de puce d’une île à l’autre.

Toutes les îles sont desservies à l’exception de Kaho’olawe (inhabitée) et de Ni’ihau (privée). Les lignes les plus fréquentées comptent des vols toutes les 20 minutes ou aux heures.

Depuis le port de Lahaina (île de Maui), le bateau d’Expeditions (réservé aux piétons) permet de rejoindre Manele (île de Lanai).

Un autre bateau, Maui Molokai Ferry, principalement emprunté par des employés venant travailler dans les hôtels de la ville, relie le port de Lahaina à celui de Kaunakakai (île de Molokai).

À Oahu, The Bus dessert l’ensemble de l’île avec des passages fréquents. On peut donc très bien se passer de voiture pour aller taquiner les vagues du North Shore… Toutefois, les planches de surf ne sont pas autorisées à bord des bus. Des vélos permettent aussi de combiner une balade vélo/bus sans devoir faire tout le tour de l’île à la force des mollets. La plupart des lignes partent du centre commercial Ala Moana, entre Waikiki et Honolulu.

Plusieurs lignes de bus de Maui relient les différents points d’une ville (Wailuku, Kahului, Wailea, Lahaina…) ou d’une même plage. Hele-On Bus assure des liaisons sur l’île Hawaï. Il existe des lignes entre Kona et Hilo, entre Kona et les grands hôtels de la côte nord-ouest et au départ de Hilo vers Honoka’a (côte nord), Waimea et le sud de l’île (Ka’u), via le parc des Volcans. Hele-On Bus offre également un service de taxis collectifs.

À Kauai, enfin, le Kauai Bus assure des rotations assez régulières au départ de Lihue, vers la côte nord ou la côte sud. Le service est réduit le samedi et ne fonctionne pas le dimanche. Le ticket sans correspondance coûte 2 $.

Source : Le guide du Routard

Pour l’hébergement, je n’ai pas beaucoup d’informations pour vous, à part ceci : Hawaii Prince Hotel est bien, sinon, consultez le guide Lonely Planet consacré à la destination.

Petit voyage au Ghana

« Merci pour vos chroniques toujours intéressantes qui me font voyager ! À la retraite depuis quelques mois, je planifie un petit voyage au Ghana (deux à trois semaines), où j’ai déjà enseigné il y a longtemps à titre de coopérant volontaire, histoire de revoir ce pays qui m’avait fasciné.

« Cependant, je n’avais pas prévu l’obstacle du visa. On me demande une lettre d’invitation d’un répondant, deux autres répondants avec leur numéro de téléphone et un autre avec une photocopie de son passeport ghanéen… Ouf !

« Cela vous surprend-il ? Est-ce maintenant la norme en Afrique de l’Ouest ? Est-ce relié à Ebola, pourtant absent du Ghana ? »

Jean-Denis Garceau

Certes, il faut un visa pour aller au Ghana, en plus d’un passeport valide pour six mois. Mais les faits que vous relevez ne sont pas dans les termes entendus. Il est préférable d’avoir un répondant que vous connaissez et qui vous donne son adresse, son numéro de téléphone et une photocopie de son passeport. Mais, comme vous avez déjà été coopérant, vous devez avoir des contacts et vous pouvez faire une demande avec vos antécédents.

Le gouvernement canadien émet des réserves pour se rendre au Ghana : vols à la tire, attentats, enlèvements, tout devient plus ou moins sécuritaire. Cela n’a rien à voir avec Ebola.

L’Afrique de l’Ouest se réfugie de plus en plus derrière des frontières difficiles à franchir.

Un hôtel à Singapour

« Je cherche un hôtel à Singapour. Central et à prix correct. Avez-vous des suggestions à me faire ? »

Gilles de Salle

Le Bliss Singapore et le Peninsula Excelsior sont deux hôtels à prix moyen et bien situés à Singapour. Mais il y a un nombre incroyable d’hôtels et je ne les connais pas tous.

Des suggestions… Le Chinatown, Little India et l’Arba Street. Le quartier colonial pour atteindre la marina. Le Singapore Art Museum, l’Asia Museum of Civilisation ainsi que le minuscule Peranakan Museum. Les Gardens by the Bays, les parcs à orchidées et les South Ridges pour se verdoyer l’esprit. Singapour est un lieu de passage et la plupart des visiteurs sont pressés de tout voir, le plus vite possible. Pour un grand parc d’attractions : l’île de Sensota. Sinon, magasinage de luxe à grand déploiement.

Attention aux prix : les apéros sur les terrasses sont souvent à des tarifs propices aux crises. Par contre, il y a le service. Le nombre de langues parlées dans les restaurants reste impressionnant.

Location d’appartement à Londres

« Premier essai chez Airbnb. Les prix et les dates correspondent. Sauf que la proprio rétorque que les dates ne sont pas disponibles et qu’il faut communiquer avec Airbnb. Deux semaines suivent, avec un remboursement.

« On se tourne vers Abritel. Le propriétaire accepte la proposition, le dépôt est débité sur la carte de crédit, il reste à payer le solde le jour d’arrivée. La location et les conditions sont confirmées par courriel le 27 février. Le 14 août, le locateur avise que l’appartement n’est pas disponible : le propriétaire l’a retiré. Il offre un remboursement complet ou un autre appartement dans un autre quartier, beaucoup plus loin. Refus et demande de remboursement, qui arrive quelques semaines plus tard.

« Autre essai chez Hotels.com. Même combat. Après quelques jours, reçu d’un courriel qui confirme un remboursement de 40 pounds (le dépôt était de 926 pounds). On demande un remboursement complet au locateur, qui se dit désolé d’avoir fait une erreur : il devait "faire un remboursement de 40 pounds à un type qui a le même nom." Le remboursement total a finalement été fait.

« Les Londoniens sont moins fiables que les Américains, les Français et les Italiens. J’ai loué des appartements dans ces pays et ç’a très bien été. Par contre, les Londoniens sont gentils, courtois, et Londres est une belle ville propre.

« L’aéroport Gatwick n’est pas convivial et la signalisation est déficiente. Si vous avez à y prendre un avion, arrivez tôt. Il y a deux ans, j’ai dû changer de terminal à Heathrow. Ce fut simple et rapide.

« Enfin, il est facile de louer un appartement sur Internet, mais le locateur peut se défiler de ses obligations à n’importe quelle étape du processus et c’est beaucoup plus difficile d’obtenir un remboursement, dont le délai de sept jours semble faire l’unanimité. »

M. Laberge

Les allergies, ça pique la curiosité

On connaît mieux aujourd’hui les allergies en voyage, mais elles ne sont toujours pas recensées par destination. Et je reçois de nombreuses lettres à ce sujet.

Quand on va au Mexique, à Cuba, en République dominicaine, dans un des tout-compris où les buffets regorgent de produits divers, le fait d’être allergique aux amandes, aux oeufs, au lait ou aux poissons relève du parcours du combattant. Il faut intervenir auprès du chef, qui a souvent peu de connaissances sur le sujet et dit simplement ne pas toucher aux éléments allergènes.

On se rabat donc sur les tomates et les laitues lavées avec l’eau qu’on nous interdit de boire. Pour les allergies aux poissons et crustacés, même méfiance, ainsi que sur les plages, où de jeunes enfants vous ouvrent une mini-huître l’espace de dire merci. Ces huîtres ont une teneur en iode qui peut être fatale. Beaucoup de gens se tournent alors vers les frites ou les viandes panées. Mais dans quelle huile ont-elles été plongées ?

On pense souvent que c’est dans le tiers-monde ou le quart-monde qu’on risque d’être malade par les aliments ingurgités. Vrai et faux… L’hygiène et l’allergie sont deux choses. 

L’une des plus difficiles à contrôler en voyage est celle aux oeufs. Il faut prévenir les enfants car les allergies tous azimuts sont davantage de leur côté. La Dre Tasnime Akbaraly signe un blogue intéressant sur les allergies infantiles.

Sur les allergies infantiles, la revue Pediatrics est d’une bonne utilité.