Long-courrier

La citadelle de Carcassonne, dans le sud-ouest de la France. La cité fortifiée figure sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.
Photo: Stéphane de Sakutin Agence France-Presse La citadelle de Carcassonne, dans le sud-ouest de la France. La cité fortifiée figure sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Un voyage en Ouzbékistan

« Nous prévoyons faire un voyage en Ouzbékistan. Connaissez-vous des voyagistes qui offrent cette destination ? Et des adresses ou des coups de coeur ? »

Henri Benoît

Aucun avertissement n’est en vigueur pour l’ensemble de l’Ouzbékistan. Il convient toutefois de faire preuve d’une grande prudence en raison de la criminalité et du risque d’attentats terroristes, selon le ministère des Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada, qui recommande également d’éviter tout voyage non essentiel dans les régions frontalières de l’Ouzbékistan avec l’Afghanistan, le Tadjikistan et la République kirghize, y compris la ville d’Andijan, à cause des conditions de sécurité instables.

Pour une agence spécialisée sur la destination au Canada, il faut s’adresser à l’ambassade d’Ouzbékistan à Washington (assurant des fonctions consulaires) : 1746 Massachusetts Avenue, NW, Washington DC 20036. 202 887-7291. consul@uzbekistan.org (section consulaire). Le Consulat général d’Ouzbékistan à New York : 801 Second Avenue, 20th Floor, New York NY 10017. 212 754-7403. info@uzbekconsulny.org.

Le Routard et Lonely Planet ont publié des guides sur ce pays, incluant la Route de la soie. Tachkent, Khiva, Boukhara, Samarcande sont les villes à visiter. Le désert du Kyzyl Kum est connu pour son hébergement en yourte et ses parcours chameliers.

Cela dit, je n’ai jamais été sur les traces d’Alexandre. En France, il y a le voyagiste Nomade Aventure qui propose ce trajet.

La France, mais où ?

« Nous voulons aller en France le printemps prochain, mais nous sommes inquiets des vagues de migrants qui traversent le pays pour se rendre en Grande-Bretagne, en Suède ou les autres pays nordiques. Pouvez-vous nous donner quelques conseils ? »

Geneviève Gilles

On peut espérer qu’au printemps, la situation en Europe sera apaisée. En France, les banlieues de Lyon, de Marseille et de Paris sont surchargées, ainsi que l’enclave de Calais, tout au nord. Mais les migrants ne sont pas une menace, ils veulent de l’aide, un sourire et de l’énergie pour leurs appareils téléphoniques. Et pour les enfants, des couvertures, des cahiers et des crayons de couleur plutôt que de jeux.

Cela dit, il y a en France beaucoup de villes et de régions épargnées par la crise migratoire. Saint-Malo, les Sables d’Olonne, Beauvais, le Massif Central, les Vosges, quelques coins des Alpes, les plages du Languedoc-Roussillon, Carcassonne, Saint-Nectaire ou Saint-Jean-de-Luz, pour ne nommer que celles-là. Fréquentez les petits villages et désertez les grands ports.

Je n’ai pas vraiment de conseils particuliers à donner sur cette situation… Les îles de la Madeleine, peut-être ? Quoique je connaisse quelques Syriens qui seraient bien sûr les franges des plages coulant vers Grande Entrée…

Les gens qui vont en République dominicaine ne se soucient pas toujours des Haïtiens qui souffrent dans les cultures de bananes. Dans beaucoup de pays, il y a des minorités indignées, des peuples bafoués, des enfants qui meurent sur la plage… Pour voyager aujourd’hui, il faut presque se munir du guide d’Amnesty International sous le bras. Et on n’est pas sûr non plus que tout se passe bien.

Bonnes adresses

« Lecteurs assidus de votre chronique, dont nous apprécions les conseils judicieux, ma conjointe et moi avons fait à la fin de l’été un road trip de trois semaines en Colombie-Britannique et dans les Rocheuses albertaines. Nous aimerions partager ici quelques trouvailles et coups de coeur sur ce voyage entrepris en boucle à partir de Vancouver, où nous nous étions rendus en avion.

« Même si nous nous sommes beaucoup attardés à Vancouver au début et à la fin du voyage, ce fut dans l’ensemble un voyage axé sur la nature et les grands espaces. Je ne m’étendrai pas sur la beauté et la diversité des sites visités, mais une voiture est essentielle pour parcourir cette grande région. Nous avons divisé le trajet en 11 étapes (Vancouver, Manning Park Resort, Kelowna, Golden, Banff, Jasper, Kamloops, Whistler, Ucluelet, Victoria, et Vancouver).

« Chacune des étapes était de 300 km en moyenne — une seule dépassant 400 km —, ce qui donnait beaucoup de latitude pour nous attarder en route lorsque quelque chose nous attirait. Les routes sont excellentes, même les plus secondaires. Mais il faut savoir qu’en haute saison les motorisés abondent et qu’il est difficile de dépasser 80 km/heure, surtout dans les Rocheuses.

« En plus de ses attraits, cette région a beaucoup à offrir en hébergement et restauration. Nous avons pris le temps de chercher en ligne et de consulter les guides pour trouver ce qui nous convenait (nous avons principalement utilisé Le Routard. Canada Ouest 2015 et le guide British Columbia de Moon).

« S’il est préférable pour le porte-monnaie de voyager au pays en cette période où notre devise se fait malmener sur les marchés de change, les aubaines se font rares dans l’Ouest canadien pendant la belle saison et le coût de notre voyage est sans doute proche de ce que nous aurions payé pour une durée similaire en Europe. Dans l’ensemble, l’hébergement est relativement coûteux et atteint, à Banff et Jasper, des prix qui donnent le tournis. Dans la restauration, les tarifs sont comparables à ceux du Québec.

« Un conseil : un voyage de trois semaines en Colombie-Britannique, en pleine saison touristique, ne s’improvise pas, surtout si l’on tient à être confortablement logé à prix abordable. Dans notre cas, les réservations (avion, hôtels, location de voiture, traversiers) ont toutes été faites plusieurs mois avant le départ, et nous ne l’avons pas regretté, même si cela enlevait de la spontanéité au road trip.

« En faisant les réservations, nous avons d’ailleurs constaté que le prix de l’hébergement grimpait à vue d’oeil dans les milieux à forte demande comme Vancouver, Victoria, Banff et Jasper. Même chose pour la location d’une voiture, qu’il faut éviter à l’aéroport, où l’on risque de payer facilement 25 % de plus qu’au centre-ville.

« Voici quelques-unes de nos trouvailles qui pourraient être utiles à vos lecteurs…

Restauration

Vancouver est excellent pour la cuisine asiatique d’abord, mais les autres aussi. The Change : Dining and Bar, est un restaurant de haute cuisine chinoise situé près du parc Stanley. Les Faux Bourgeois, un restaurant français un peu excentré, offre une cuisine de qualité dans une atmosphère typiquement bistro.

Vallée de l’Okanagan. Nous avons très bien mangé dans les restaurants des wineries, dont ceux du vignoble aborigène Nk’Mip à Osoyoos et de Mission Hill à West-Kelowna.

Victoria. Bubby’s Kitchen, une cuisine simple mais goûteuse et à prix abordable.

Ucluelet. Norwoods, pour d’excellents plats de poisson et la cuisine fusion. Le Routard écrit : « Certains disent que c’est ni plus ni moins le resto le plus réputé du Canada. »

Hébergement

L’offre d’hôtels des chaînes est variée. Avec un rapport qualité-prix relativement bon, le Best Western Wine Country Plus, à West Kelowna, et le Delta à Whistler, nous ont satisfaits. Mais, comme aux États-Unis, ces hôtels offrent souvent des petits-déjeuners servis dans des assiettes cartonnées jetables, une pratique à bannir !

Pour les B & B, nous en avons trouvé deux de qualité : le Canyon Ridge Lodge, à Golden, tenu par un sympathique couple de jeunes Britanniques, et le Coast and Toast, à Ucluelet.

Une auberge de qualité à Victoria : le Craigmyle, tenu par des Franco-Ontariens d’Ottawa, installé dans une grande maison de style Arts Crafts. Excellent petit-déjeuner servi dans une atmosphère très victorienne, my dear !

« Enfin, voici nos coups de coeur parmi les sites géographiques visités...»

Grouse Mountain, à North-Vancouver, à visiter par temps clair et dégagé, pour la vue impressionnante sur Vancouver et les environs.

Hell’s Gate, sur le fleuve Fraser : le débit d’eau est impressionnant à un passage très serré du canyon, ce qui n’empêche pas les saumons de remonter le fleuve grâce à trois niveaux d’échelles de remontée.

Le vignoble Mission Hill, de West-Kelowna : on se croirait en Toscane !

Le mont Sulphur, à Banff, pour sa vue époustouflante à 360 ° sur les Rocheuses.

La promenade des Glaciers, entre Banff et Jasper : on s’émerveille devant le glacier Athabaska et l’immense champ de glace Columbia, mais on se désole de voir la vitesse à laquelle ils rétrécissent.

La région semi-désertique entre Kamloops et Lillooet, le long de la rivière Thompson. On se croirait dans un western spaghetti de Sergio Leone.

La beauté sauvage des plages du parc national de Pacific Rim, sur l’île de Vancouver. On est rendus au bout du monde, sinon du Canada, devant l’immensité du Pacifique.

La forêt pluviale de Cathedral Grove et ses immenses sapins Douglas de 800 ans. Visitée sous la pluie : magique !

Jean Riopel, Gatineau

À lire

Une belle initiative du Routard sur Cuba. Certes, on y trouve quelques adresses de forfaits tout-compris, mais surtout des adresses chez l’habitant, de petites auberges et de bons trucs pour les randonnées. Presque toutes les parties de Cuba sont couvertes. Chasse, pêche, plongée… Cartes et plans avec adresses ciblées.
 
Des bords de plage intimes et des bords de colline à découvrir.