Technologie: Quand le covoiturage emprunte les voies du cyberespace

La semaine dernière, le CEFRIO avec son enquête NETendances 2005, confirmait une fois de plus la popularité grandissante d'Internet auprès de la majorité des adultes québécois. Les Québécois s'informent et achètent sur Internet, et les entreprises l'adoptent dans leur plan d'affaires. Parmi les diverses sphères d'activité où la présence sur le Web devient essentielle, l'industrie du voyage et celle du transport viennent aux premiers rangs. Agences de voyages, transporteurs aériens et ferroviaires ont bien compris le message.

Cependant, un volet de ce secteur était encore mal desservi sur le Web québécois, et la situation vient d'être corrigée. Depuis la semaine dernière, une entreprise offre le covoiturage d'occasion par Internet. C'est-à-dire que, contrairement à la mythique agence Allo Stop de la rue Saint-Denis, le site Amigo Express permet la recherche et les arrangements en ligne. Ce n'est pas un site de promotion, mais bien de transaction.

Rendez-vous manqué

Voilà une belle illustration d'un rendez-vous manqué. Une entreprise comme Allo Stop, avec sa notoriété et son savoir-faire, aurait dû être présente sur Internet avec des services en ligne. Le défi en 2006, c'est d'offrir son service là où la clientèle se trouve. Aujourd'hui, un grand nombre de covoitureurs sont en ligne. Alors, c'est là qu'il faut également offrir le service.

Deux jeunes Québécois, Marc-Olivier Vachon et Joël Bouchard, ont compris le défi, et ce sont eux qui sont à l'origine du nouveau service de covoiturage interurbain Amigo Express. Accessible 24 heures sur 24, par le Web ou par le téléphone, le service permet de trouver en ligne un passage ou d'offrir un passage pour la plupart des grandes destinations québécoises. Le site offre également des sections pour les voyageurs qui désirent se rendre dans les Maritimes, l'Ouest canadien et les États-Unis.

Une des pierres angulaires du service est la sécurité. Au dire de l'entreprise, Amigo Express se fait un devoir de s'assurer de la sécurité des participants, autant celle des passagers que celle des chauffeurs. C'est pourquoi, dans les deux cas, la première condition à remplir pour devenir membre, c'est le contrôle de l'identité pour tous les membres, et la vérification du permis de conduire des membres chauffeurs. Une fois cette étape franchie, le site est à vous et à vos recherches. Le service compte déjà 500 membres d'un peu partout au Québec, et les responsables du service espèrent bien franchir la barre des 20 000 abonnés d'ici trois mois.

Combien ça coûte

Si on parlait argent? Après un montant initial de 7,50 $ pour couvrir les frais d'abonnement au service, le chauffeur n'a rien à verser à Amigo Express pour ses passagers. Côté passager, l'inscription est gratuite pour les étudiants, et même gratuite pour les autres sur invitation d'un membre. Toujours pour le passager, un montant de cinq dollars est réclamé par Amigo Express pour chaque réservation.

Le paiement de ces sommes peut se faire par carte de crédit en ligne ou par chèque ou mandat postal pour ceux qui ont du temps devant eux. L'entreprise est d'ailleurs en train de tisser des partenariats pour bientôt offrir des solutions de paiement au moyen de comptoirs. L'utilisation du réseau des bureaux-voyages dans les cégeps et universités du Québec serait une bonne idée.

Il existe évidemment d'autres endroits sur la toile québécoise pour trouver un passager ou un chauffeur pour du covoiturage interurbain ou pour un aller-retour quotidien entre la maison et le travail. Dans le domaine du covoiturage interurbain, la section covoiturage du site Tout Montreal.com est un bon exemple, mais celui-ci est beaucoup moins encadré, beaucoup moins fréquenté et moins sûr. Les participants n'y sont pas vérifiés, et aucun suivi n'est assuré par le site. La sélection des covoitureurs est laissée au bon jugement des utilisateurs.

Si c'est le covoiturage au quotidien qui pourrait répondre à vos besoins, des sites comme celui d'Allégo ou encore la section covoiturage du ministère des Transports du Québec pourraient vous intéresser.

Allégo

Pour ce qui est d'Allégo, c'est une initiative de l'Agence métropolitaine de transport qui pilote depuis quelques années ce projet qui vise à promouvoir des choix de transport attrayants et compétitifs vers les lieux de travail et d'études. Le service de recherche est offert gratuitement à tous les travailleurs et les étudiants de la région métropolitaine de Montréal.

Plusieurs entreprises participent à cette initiative, et le covoiturage est offert aux employés de plusieurs entreprises et institutions dont Air Transat, Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Palais des Congrès de Montréal, Postes Canada et l'UQAM, pour ne nommer que ceux-là.

Finalement, même le ministère du Transport fait la promotion du covoiturage par l'entremise de son site Web. Le ministère met à la disposition de la population une banque de données qui permet d'offrir des places dans sa voiture pour effectuer le trajet entre le domicile et le travail ou les études, et ce, partout au Québec. Mais encore là, aucune vérification n'est faite au sujet des participants.

***

Bruno Guglielminetti est réalisateur et chroniqueur nouvelles technologies à la Première Chaîne de Radio-Canada. Il est également le rédacteur du Carnet techno (www.radio-canada.ca/techno).

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Geoffroi Garon - Inscrit 20 février 2006 08 h 18

    Un vent de fraîcheur arrive avec Amigo Express

    Voilà de bonnes nouvelles dans le monde du covoiturage au Québec. Amigo Express révolutionne se secteur par une offre de service Web via un portail et est définitivement dans la lignée du Web 2.0, celui qui tient compte de l'usager.
    Bonne chance.

    Geoffroi Garon