Marois éjecte le SPQ-libre

image EN DIRECT DU COLLOQUE DU PQ À LÉVIS (vous consultez la version de dimanche 10h15 ; la version finale ici) Pauline Marois ne veut plus du SPQ-libre ni de tout autre club politique dans son parti. C’est ce qu’elle a annoncé aux dirigeants de cette organisation particulière, hier soir. Le président du club, Marc Laviolette (photo), contestera cette décision ce matin lors d’une réunion tenue à huis clos de la Conférence des présidents et des présidentes du parti, à laquelle un représentant du club est en droit de participer. Il n’a pas voulu remettre en question son adhésion au parti, mais le secrétaire du club, Pierre Dubuc, n’a pas exclu de claquer la porte du PQ dans les prochaines heures. S’il peut refuser de reconduire la reconnaissance d’un club politique, l’exécutif du parti ne peut toutefois pas décider seul de changer les statuts de la formation politique qui rendent possible depuis 2005 la présence des clubs politiques au sein de la formation politique. Un débat sur le sujet se tiendra donc au congrès du parti, qui doit se tenir en 2011.

Les clubs politiques au PQ est un héritage du dernier congrès, où Bernard Landry était chef. M. Landry cherchait à retenir une certaine gauche tentée de joindre un nouveau parti alors en gestation, et qui aboutira en janvier 2006 à la fondation de Québec solidaire. Le SPQ-libre n’a jamais compté un grand nombre de membres (il revendique actuellement quelque 400) et s’est surtout fait remarquer par ses prises de position très hostiles au chef. M. Laviolette et Dubuc ont par exemple, en 2007, réclamé la tête d’André Boisclair. Depuis l’arrivée de Pauline Marois à la direction du PQ, le SPQ-libre s’était montré plus discret. Mais à la fin janvier, dans une entrevue au Devoir, son président Marc Laviolette avait fustigé Mme Marois après que cette dernière eut soutenu que les demandes des syndicats du secteur public en négociations avec le gouvernement, étaient «un peu élevées» et qu’il était temps de procéder à un «dégraissage» de l’État. Le président du PQ, Jonathan Valois doit faire une conférence de presse à 10h45 et la chef vers 13h30. (Plus de détails à venir)