Web-documentaire : vivre dans un café Internet

Scène tirée du documentaire Les réfugiés des Net Café de Shiho Fukada
Photo: Pulitzer Center Scène tirée du documentaire Les réfugiés des Net Café de Shiho Fukada
Il s’appelle Tadayuki Sukai. Il a perdu son emploi et depuis quatre mois, il habite dans… un café Internet de Tokyo au Japon. Et il n’est pas le seul à avoir élu domicile fixe dans un placard. Au sens presque propre.
 
Le phénomène est troublant. Dans la capitale japonaise, les cafés Internet sont devenus en effet des lieux d’hébergement à temps plein pour des exclus du marché du travail, mais également pour des centaines de travailleurs qui n’ont pas le temps de rentrer chez eux le soir, dans les banlieues éloignées, entre deux journées trop chargées en heures supplémentaires.

 

La tendance s’est ancrée dans le tissu social nippon au début des années 90, avec l’apparition de ces cafés branchés offrant des postes informatiques dans des cabines individuelles pour accéder à l’Internet. Elle a pris de l’ampleur dans les dernières années sous l’effet de la crise économique qui frappe le Japon et de l’augmentation du coût de la vie, particulièrement en zone urbaine où l’accès à un toit est problématique, particulièrement pour les 38 % des travailleurs temporaires que compte le pays.
 
En 10 minutes, le réalisateur Shiho Fukada témoigne de cette étrange réalité dans un web-documentaire sensible présenté en ligne et intitulé Les réfugiés des Net Café. L’objet est la composante d’une série de capsules qui explorent le thème des travailleurs-jetables au Japon. Claustrophobes s’abstenir.

À voir en vidéo