Canada: les enfants et adolescents dorment avec un cellulaire

L'obsession de la communication en temps réel n'épargne personne pas même les jeunes de 9 à 16 ans au Canada. Preuve: plus du tiers de ces enfants et adolescents qui possèdent leur propre cellulaire avouent en effet passer la nuit avec leur appareil pour être sûrs de ne pas manquer un appel, y compris durant leur sommeil. Cette proportion atteint 50 % chez les élèves de 16 ans, mais tombe à 20 % à l'autre bout de la tranche d'âge, chez ceux de 9 ans, indique une nouvelle étude menée par le Centre canadien d'éducation aux médias et de littératie numérique sur la vie en ligne des jeunes Canadiens.

Rendue publique mercredi, l'enquête comportementale, baptisé Habilo Medias, a été menée l'an dernier auprès de 5436 élèves scolarisés de la 4e à la 11e année. Elle offre un portrait parfois surprenant, mais surtout éloquent d'une mutation qui semble façonner durablement le comportement des générations montantes au pays.

Et comment! Selon le Centre, près du tiers des enfants de 9 à 12 ans possèdent en effet un compte sur le réseau de socialisation Facebook, et ce, peut-on lire «en dépit des conditions d'utilisation qui interdisent aux enfants de moins de 13 ans d'utiliser ce site». Ces mêmes enfants — tout comme leurs parents — font fi d'une interdiction similaire sur le réseau de microclavardage Twitter où 16 % d'entre eux ont une existence, indique le rapport.

Dans l'ensemble, 99 % des 9-16 ans d'un océan à l'autre ont aujourd'hui accès à l'Internet en dehors de l'école, principalement par l'entremise d'un appareil portable. Ces jeunes «mobinautes», comme on dit, sont d'ailleurs plus nombreux au Québec (80 %) que dans le reste du Canada (67 %) et ils doivent également composer avec moins de surveillance et de contraintes familiales pour s'adonner à leurs plaisirs numériques, peut-on lire: «Le pourcentage de règles à la maison sur les activités en ligne a diminué de manière spectaculaire de 2005 à 2013, résume le Centre, plus particulièrement en ce qui touche [...] aux sites que les élèves ne sont pas censés visiter».

Des images et des jeux

Sans surprise, le divertissement à saveur visuel prime en ligne pour ces enfants et adolescents qui, tout en ayant ciblé 3000 sites fréquentés l'an dernier, en pointent toujours un en particulier: YouTube fréquenté par 75 % de ces jeunes. Facebook (57 %) et Google (31 %) suivent. Twitter, Instagram Tumblr, Hotmail ainsi que Minecraft — un jeu de construction à la dépendance inversement proportionnelle à la qualité graphique de son univers — entrent également dans la liste des espaces numériques les plus populaires dans cette couche de la population en 2013.

Autre constat: «L'utilisation des médias numériques à des fins créatives, comme la publication de vidéos ou de mixages personnels, est encore relativement rares» chez les jeunes, selon cette enquête: 38 % d'entre eux ont publié une histoire ou une oeuvre d'art de leur cru, 33 % une vidéo ou un fichier audio et 22 % un mixage.

De plus, l'usage de ces réseaux à des fins civiques n'est pas encore très généralisé: un tiers de ces jeunes a commenté l'an dernier une nouvelle en ligne, alors que la moitié a fait suivre un lien vers un reportage d'actualité, peut-on lire.

Dépendant, mais conscient de l'être

Branchés, mais lucides, ces 9-16 ans sont également un tiers à s'inquiéter du trop de temps qu'ils passent en ligne, tout en se disant dépendant dans une proportion de 50 % et surtout en prévoyant être malheureux s'ils devaient perdre leur connexion au réseau pendant une semaine.

Reste toutefois que 94 % des élèves choisissent volontairement de se déconnecter d'Internet pour se connecter avec leur environnement physique direct, leurs amis, membres de leurs familles ou encore pour «profiter d'un moment de solitude ou sortir à l'extérieur», ont-ils indiqué. Comme on dit sur Twitter: #espoir.
3 commentaires
  • Yves Corbeil - Inscrit 22 janvier 2014 16 h 21

    Triste tout ca

    Et qui faut-il blamer. Nous etions au restaurant dernierement et a la table tout pres de nous il y avait cette famille de 4 deux parents, deux ados, les 4 etaient branche sur leur telephones a texte. J'ai trouve ca triste a mourrir leur peu ou pas d'echange due a l'interet qu'ils avaient a ce qui se passait ailleurs.

  • Clémence Richard - Inscrite 23 janvier 2014 14 h 32

    Fermer tous ses écrans pour dormir

    Mon conseiller santé à qui je me plaignais de ne jamais m'endormir avant minuit m'a recommandé ce qui suit. ''Vous qui êtes surexcitée par vos communications avec l'extérieur, prenez un break. Arrêtez la cadence de la journée et de la soirée. Fuyez tous vos écrans, incluant le cellulaire et assoyez-vous dans la pièce préférée de votre lieu de vie. Puis mettez-vous au présent, à votre présent à vous. Vous verrez que tout devient léger, paisible, serein et facile. Et peut-être retrouverez-vous le sommeil.''
    Bien que ce soit parfois difficle de résister à l'attrait des écrans et à cette folle urgence de vivre, ça marche.

  • Huguette Durocher - Inscrite 23 janvier 2014 22 h 50

    À qui la faute

    La tecnologie au nom de la super performance et de l'économie.

    Souper surgelé au micro-onde parce que les parents sont fatigués et n'ont pas le temps.
    Huguette Durocher