ZXX: une police de caractères pour déjouer la surveillance numérique

Il y a eu les révélations, il y a maintenant la riposte! Un jeune graphiste américain croit avoir trouvé une solution pour déjouer les systèmes de surveillance des communications mis en place par les autorités américaines: une police de caractères d'imprimerie qualifiée de «perturbatrice» et spécialement pensée pour tromper les outils de reconnaissance automatique de caractères.

Baptisée ZXX — un clin d'oeil à une cote utilisée dans les bibliothèques du monde pour identifier les documents sans contenu linguistique —, cette police de caractères est la création de Sang Mun, finissant de l'École de design du Rhode Island qui se présente comme un «citoyen du monde engagé». En substance, elle se résume en une série de lettres, symboles et chiffres, savamment dessinée pour ajouter du bruit dans la communication écrite et du coup faire capoter les systèmes de lecture et de décryptage automatique de texte. Elle est offerte gratuitement sur le Web.

Tout en évoquant les révélations des dernières semaines sur le programme PRISM, aux États-Unis, révélations qui valent en ce moment un séjour dans un aéroport à Moscou au jeune analyste de la National Security Agency (NSA), Edward Snowden, par qui le scandale a débuté, le graphiste dit avoir mis au monde ce jeu de caractères pour «appeler à l'action et à la réflexion sur les enjeux liés à la vie privée», écrit-il. Il voit également la chose comme une façon de mettre le graphisme et le design, socialement et politiquement, au service de l'humanité pour aider cette humanité à partager sa pensée sur les réseaux numériques d'une seule main, histoire de garder l'autre libre pour faire un pied de nez.

À voir en vidéo