Par texto la vie est bien plus qu'un roman: elle en représente 90

Qui a dit que la technologie nous faisait perdre la capacité d'écrire? En une année, l'adepte moyen du texto, ces messages courts que l'on s'envoie banalement par téléphone cellulaire interposé, écrit pas moins de 179 000 mots pour nourrir ce genre de conversations, indique une étude réalisée en Grande-Bretagne. Un chiffre dont le poids devient évident quand on le multiplie par 10: en une décennie du coup, l'accro aux textos va produire en mots l'équivalent d'À la recherche du temps perdu de Marcel Proust ou trois fois l'intégral de Guerre et Paix de Léon Tolstoï, deux bouquins se trouvant dans la liste des plus longs romans de l'histoire de la littérature.

La compagnie d'assurance Mobile Insurance, qui a pignon sur rue au pays de Sa Majesté, vient de dresser le constat après avoir passé à la question près de 2700 sujets âgés de 18 ans et plus. On leur a demandé combien de textos ils envoyaient par jour et combien de mots environ ces messages numériques contenaient.

Résultat: en moyenne, c'est 14 textos qui partent chaque jour d'un téléphone dit intelligent en Grande-Bretagne, indique l'étude, emportant avec eux 35 mots à la fois. Cela représente 179 000 mots sur une année, en moyenne.

À l'échelle d'une vie, la compagnie d'assurance estime qu'un adepte moyen de ces messages textes va finalement dématérialiser pas moins de 7,3 millions de mots, ce qui représente au final l'équivalent de 90 romans contenant eux-même une moyenne de 80 000 mots. Ce qui fait dire à un porte-parole de la compagnie: «on dit toujours que les gens ont au moins un roman en eux, résume Jason Brockman en s'amusant, mais en réalité, c'est près d'une centaine qu'il y a».

La qualité de ces assemblages textuels n'a toutefois pas été évaluée.

À voir en vidéo