Du téléphone public à la tablette publique

Faire du neuf avec du vieux. À New York, la cabine téléphonique n'est plus une espèce en voie de disparition. Depuis cette semaine, elle est plutôt en train de devenir une espèce en mutation. Et la ville veut le démontrer 250 fois plutôt qu'une en faisant passer cette idée très vieillotte de téléphone public à celle de la... tablette publique. Inspirant.

Les premières tablettes publiques, sorte de iPad géant posé sur les trottoirs, viennent de faire leur apparition à l'angle de Broadway et la 12e rue, mais aussi de la 3e avenue et de la 10e rue, rapporte le site GigaOM. Ces marqueurs de la modernité ont été installés à l'emplacement d'anciennes cabines.

En substance, ces tablettes veulent poursuivre l'oeuvre de leurs ancêtres en permettant aux humains de rester en contact entre eux. Elles veulent aussi s'affirmer dans l'espace urbain comme une nouvelle source d'informations générales sur la ville, sur la circulation, sur les situations d'urgence et jouer un rôle publicitaire — on n'est à peine étonné! — en distribuant des coupons-rabais pour les commerces alentour.

Le projet est mené conjointement par la municipalité, Cisco et l'organisme City 24/7. Au rythme de deux nouvelles tablettes publiques installées par jour depuis mardi dernier, le trio compte en semer 250 dans toute la ville d'ici le début de l'année prochaine... et sans doute faire germer l'idée dans d'autres métropoles du monde où la multiplication des appareils de communication mobile a, là aussi, sonné le glas des bonnes vieilles cabines téléphoniques. Temporairement, du moins.

À voir en vidéo