Pratique de la dot: un assassinat à l’heure

Un couple de nouveaux mariés qui ont profité d'un mariage de masse pour s'unir, en juillet 2012. Ces mariages permettent aux familles moins bien nanties d'éviter la dot.
Photo: La Presse canadienne (photo) AP Photo/Bikas Das (Archives) Un couple de nouveaux mariés qui ont profité d'un mariage de masse pour s'unir, en juillet 2012. Ces mariages permettent aux familles moins bien nanties d'éviter la dot.

De nouvelles statistiques, toujours aussi affolantes, viennent d’être publiées par le National Crime Records Bureau (NCRB) au sujet de la violence contre les femmes – celle, en l’occurrence, liée à la pratique de la dot. A été rapportée en 2012, indique le NCRB, la mort de 8233 femmes pour cause de conflits familiaux autour de cette coutume du mariage pourtant interdite par la loi depuis 1961. Cela revient à un assassinat à l’heure.

Chiffres d’autant plus affolants que, sur les six dernières années, note l’organisme gouvernemental, le nombre de ces crimes est en hausse, pendant que le taux de condamnation, lui, stagne aux alentours de 35 %.

La dot est cette coutume par laquelle la famille de la fille est tenue de faire des cadeaux en nature et en espèces à celle de son futur époux. C’est une pratique qui demeure répandue à tous les échelons de la société. Les cadeaux sont fonction des moyens: ça peut aller d’une paire de lunettes à une voiture neuve. Chaque année, des cas sont rapportés par dizaines dans les journaux de jeunes mariées «accidentellement» brûlées vives dans la cuisine de la belle-famille insatisfaite de la dot qui lui a été promise.

La Loi sur l’interdiction de la dot a été renforcée en 1983 sans résultats probants. Elle se bute à une culture bien ancrée qui considère essentiellement le mariage comme un contrat par lequel la femme devient la propriété du mari. Du reste, les statistiques gouvernementales disent que le tiers de tous les cas enregistrés de violence faite aux femmes se produisent entre quatre murs – cas de violence domestique et conjugale.


 

À voir en vidéo