La voix trahit des secrets bien enfouis

Cacher ses goûts, ses origines, ses penchants intimes serait une gageure, à moins de rester bouche cousue. La voix trahirait des secrets que chacun croit bien enfouis. «Elle ne révèle pas seulement vos intentions, elle signe aussi votre milieu, votre éducation, vos humeurs. Un très grand nombre d'histoires d'amour ont tourné court dès les préambules verbaux», note Yvon Dallaire, psychologue.

Plus intéressant encore, la voix livrerait à ceux qui savent écouter de nombreuses informations sur l'histoire et le comportement sexuel de chacun. Ces dernières révélations sont le fruit d'une très sérieuse étude réalisée par des chercheurs de l'université américaine d'Albany, dans l'État de New York. Les travaux ont été effectués sur un échantillon de 149 personnes (77 femmes, 72 hommes). Les volontaires devaient noter dans une fourchette de un à dix des enregistrements sur un critère: l'attirance sexuelle suscitée par les voix qu'ils entendaient.

Les résultats obtenus ont été recoupés avec l'histoire personnelle et les comportements sexuels des individus enregistrés. Il s'avère que les hommes et les femmes dont les voix ont été qualifiées d'«attirantes» ont eu leur premier rapport plus jeune que les autres. Ils ont également plus d'amants (ou de maîtresses) et une tendance avouée pour l'infidélité. Logiquement, ils ont plus de partenaires sexuels déjà engagés dans une autre relation. Plus étonnant, les chercheurs de l'université d'Albany estiment que la voix donne des indications fiables sur l'apparence physique de son porteur. Les hommes à la voix attrayante sont plutôt larges d'épaules et minces. Chez les femmes, un harmonieux équilibre du corps est également en corrélation avec une voix attirante.

Les auteurs concluent que la voix, dans le cadre de l'évolution humaine et avant la généralisation de l'éclairage artificiel, avait un rôle plus important dans le choix du partenaire. La voix était un outil de sélection, révélateur de l'intégrité physique de ce dernier.

Interrogé par la BBC, le docteur Sarah Collins, de l'université de Plymouth, spécialiste de l'évolution, a une explication plus simple du phénomène: les gens interrogés pourraient avoir tendance à trouver attirantes les voix d'hommes et de femmes confiants.