La parole à nos lecteurs

Si la tendance se maintient…

 

Si la tendance se maintient, comme disait l’autre, le Parti québécois sera hors jeu dès la prochaine élection. Ça fera des heureux, bien sûr, notamment chez les artisans de Québec solidaire, dont l’objectif premier était et demeure l’élimination du seul parti indépendantiste qui avait la capacité de ratisser large, car l’objectif de ce parti n’est pas l’accès au pouvoir, même si certains parmi ses membres semblent le croire étonnamment tout en participant allègrement à la division du vote souverainiste.

À cause de ses idées extrêmes, je connais plusieurs indépendantistes qui ne voteront jamais pour QS. Ils se préparent d’ailleurs à voter pour la CAQ aux prochaines élections afin de s’assurer que les libéraux ne seront pas réélus.

Personnellement, je continue de croire que l’indépendance demeure plus que souhaitable pour le peuple québécois. Je ne vois pas ce qui a changé de ce côté. La situation du Québec vis-à-vis du fédéral ne s’est pas améliorée, à ce que je sache, et il m’apparaît toujours pertinent de souhaiter que le peuple québécois puisse prendre lui-même les décisions qui le concernent.

Les souverainistes se rendent-ils compte de l’erreur qu’ils font en participant à la sape du seul parti indépendantiste apte à rassembler ?


Marie Vaillancourt
Le 13 juin 2018

 

150 ans de condamnation pour le contribuable

 

Si notre système de justice était basé sur la vengeance, les peines seraient hors de proportion pour tenter de satisfaire les victimes et leurs proches, mais cela ne réussirait jamais à réparer les torts. Comment nos choix de société passés peuvent-ils passer de 25 ans d’emprisonnement à 150 ans ? La poursuite a annoncé vouloir des peines consécutives pour Alexandre Bissonnette, le tueur de la mosquée de Sainte-Foy. Même avec une peine de 25 ans avant une libération conditionnelle, ce dernier sera condamné à vie. Mais si on le condamne à mourir de vieillesse en prison, c’est le contribuable qui sera condamné. L’emprisonnement coûte très cher et encore davantage pour les vieux. En prison, un vieillard ne manquera de rien en matière de services de santé ou autres et sera entouré de gens compétents payés au gros salaire. Vous pensez que 25 ans ne seront pas suffisants pour faire réfléchir ce jeune qui a été emporté dans une folie meurtrière ? Vous ne faites pas confiance à notre système de justice qui évaluerait après 25 ans si cet homme doit être gardé entre quatre murs parce qu’il serait toujours un danger pour la société ? Non, vous préférez condamner le contribuable à une peine trois fois plus élevée qu’avant le règne de Stephen Harper.


Jeannot Vachon
Québec, le 12 juin 2018