Images de la toxicomanie

Photo: Valérian Mazataud | Hans Lucas Le «couvent», l'un des principaux lieux d'injection à Montréal
En attendant les services d'injection supervisée, les toxicomanes restent nombreux à devoir s'injecter dans la rue, au centre-ville. Photoreportage de Valérian Mazataud.
 



1. Les kits stériles distribués pour s'injecter ou fumer du crack.


2. Le centre Cactus Montréal de prévention des ITS qui abritera un des futurs centres d'injection supervisée.


3. Sortie avec les «messagers de rue» de Cactus qui distribuent du matériel stérile et ramassent les seringues qui traînent.


4. Des seringues souillées au centre-ville.


5. Le «snakepit», au pied de l'UQAM, est un des lieux d'injection sauvage les plus utiliseś en ville.


6. Jules, 29 ans, et Mickael, 23 ans, viennent de s'injecter de l'héroïne dans le «snakepit», au pied de l'UQAM. Tous deux vivent dans la rue et attendent l'ouverture des SIS, qu'ils jugent «plus sécuritaires».


7. Un squat d'injection au centre-ville (qui a depuis été nettoyé).


8. Le «couvent», dans le centre-ville, un des lieux d'injection sauvage les plus utilisé, a été nettoyé il y a peu.


9. Le terrain inoccupé derrière la BANQ sert de lieu de vie et d'injection à de nombreux UDI. Pour consulter ce reportage en grand format. cliquez ici.

À voir en vidéo

Consultez la suite du dossier

Images de la toxicomanie

Images de la toxicomanie

En attendant les services d'injection supervisée, les toxicomanes restent nombreux à devoir s'injecter dans la rue, au...