Les forces antidjihadistes reprennent leur assaut contre le groupe EI en Syrie

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) sont engagées depuis décembre dans une offensive contre le groupe EI avec le soutien d’une coalition internationale antidjihadiste menée par Washington.
Photo: Maya Alleruzzo Associated Press Les Forces démocratiques syriennes (FDS) sont engagées depuis décembre dans une offensive contre le groupe EI avec le soutien d’une coalition internationale antidjihadiste menée par Washington.

Les forces antidjihadistes ont repris lundi soir leur offensive contre le dernier réduit du groupe armé État islamique (EI) en Syrie, après une nouvelle accalmie ayant permis d’évacuer plusieurs centaines de personnes fuyant la poche djihadiste à Baghouz, aux confins orientaux de la Syrie.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la proclamation d’un « califat » sur de larges pans de territoire à cheval entre la Syrie et l’Irak, le groupe EI est désormais sur le point d’être rayé de la carte.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) sont engagées depuis décembre dans une offensive contre le groupe EI avec le soutien d’une coalition internationale antidjihadiste menée par Washington.

Depuis une position des FDS à environ 2 km du campement de fortune des djihadistes, dans le village de Baghouz, on entend de nouveau le crépitement soutenu des mitrailleuses lourdes et les tirs d’obus provoquant des étincelles dans la nuit, a constaté une équipe de l’AFP sur place. Plusieurs incendies ont été déclenchés dans le secteur djihadiste.

Au cours de la nuit de dimanche à lundi, les bombardements avaient permis aux FDS de progresser sur le terrain et poussé des centaines de djihadistes ainsi que leurs familles à abandonner le réduit du groupe EI.

Le front était relativement calme lundi après-midi. « L’opération a de nouveau ralenti » en raison de la « sortie et de la reddition de certains combattants et civils », avait indiqué plus tôt dans la journée à l’AFP le chef d’une unité FDS, Aras Orkeich.

Des kamikazes

Environ 400 personnes, hommes femmes et enfants, ont quitté dimanche le réduit djihadiste et ont été évacuées lundi, selon un commandant des FDS, Ahmed Qasser.

Les FDS ont suspendu à plusieurs reprises leurs opérations ces dernières semaines afin de faciliter les évacuations de femmes, d’enfants et d’hommes fuyant les combats, y compris des djihadistes.

Mais le tarissement du flot d’évacuations et l’« expiration » du délai accordé à l’organisation djihadiste pour la « reddition » de ses combattants avaient permis aux FDS de relancer dimanche soir leurs opérations militaires contre l’ultime poche du groupe EI.

Dans la nuit de dimanche à lundi, « les combats ont été très violents », a raconté à l’AFP M. Orkeich, ajoutant que des djihadistes ont eu recours à des « kamikazes » et à des « voitures piégées ».