Un abri de Bédouins incendié en Cisjordanie

Ein Samia, Territoires palestiniens — Un abri appartenant à des Bédouins en Cisjordanie occupée a été détruit par un incendie dans la nuit de mercredi à jeudi, a indiqué l’ONG israélienne Rabbins pour les droits de l’Homme, dénonçant un acte d’extrémistes israéliens.

Aucune victime n’a été rapportée dans cet incendie survenu selon les Bédouins à 3 h du matin près de leur camp à Ein Samia, non loin de Ramallah.

Les Bédouins et l’ONG Rabbins pour les droits de l’Homme ont accusé des extrémistes israéliens d’être à l’origine de l’incendie. Un graffiti laissé sur un rocher et proclamant en hébreu « vengeance administrative » ainsi qu’une étoile de David ont été découverts sur les lieux.

Selon l’ONG, « vengeance administrative » fait référence au placement en détention administrative de trois jeunes extrémistes juifs à la suite de différents actes violents et notamment un incendie criminel commis le 31 juillet en Cisjordanie. Un bébé palestinien de 18 mois et son père sont morts dans cet incendie attribué à la mouvance.

Souvenirs du petit Ali

La mort de ces deux Palestiniens, celle d’une adolescente Israélienne poignardée la veille par un ultraorthodoxe lors d’une parade homosexuelle à Jérusalem, l’incendie contre un haut lieu du christianisme en Israël le 18 juin et une succession d’autres actes de haine ont conduit à un tour de vis des autorités israéliennes contre l’extrémisme juif violent.

Trois Israéliens ont été interpellés jeudi pour être interrogés sur des incendies criminels commis en Cisjordanie, a indiqué la police sans plus de précision. Les interpellations ont eu lieu dans une colonie sauvage (c’est-à-dire illégale non seulement au regard du droit international, mais aussi de la loi israélienne) dans le secteur où a eu lieu l’incendie qui a coûté la vie à un nourrisson et son père, a dit la radio publique.

La police ne s’est pas prononcée sur l’éventuel caractère politique de l’incident de jeudi dans le camp de Bédouins.