Un raciste juif notoire arrêté

Des affrontements avec les forces de sécurité israéliennes ont suivi une manifestation qui dénonçait la mort d’un bambin dans un incendie criminel, la semaine dernière, en Cisjordanie occupée.
Photo: Jaafar Ashtiyeh Agence France-Presse Des affrontements avec les forces de sécurité israéliennes ont suivi une manifestation qui dénonçait la mort d’un bambin dans un incendie criminel, la semaine dernière, en Cisjordanie occupée.

Jérusalem — Les services de sécurité israéliens ont annoncé avoir arrêté lundi un chef de file juif extrémiste, Meïr Ettinger, premier individu arrêté après l’incendie criminel qui a coûté vendredi la vie à un bébé palestinien en Cisjordanie occupée.

« Meïr Ettinger a été arrêté à Safed [dans le nord d’Israël] en raison de ses activités au sein d’une organisation juive extrémiste », a indiqué à l’AFP un porte-parole du Shin Beth, le service de sécurité intérieure.

Âgé d’une vingtaine d’années, Meïr Ettinger a été arrêté « pour des crimes nationalistes », a affirmé une porte-parole de la police à l’AFP sans préciser s’il était soupçonné d’être directement impliqué dans l’incendie de vendredi ou s’il était inquiété pour sa participation à d’autres violences racistes.

Selon les médias israéliens, il serait notamment soupçonné d’être le cerveau d’un groupuscule responsable de l’incendie le 18 juin de l’église de la Multiplication de pains sur les bords du lac de Tibériade, un des hauts lieux du christianisme.

Meïr Etttinger est le petit-fils de Meïr Kahane, un rabbin fondateur du mouvement raciste anti-arabe Kach, assassiné en 1990 à New-York.

D’après les médias, il pourrait être placé en détention administrative pendant plusieurs mois dans le cadre du durcissement de la politique annoncé par le gouvernement contre les « terroristes juifs ».

Ces détentions administratives habituellement utilisées contre des Palestiniens peuvent désormais être appliquées à des juifs si les preuves accumulées contre les suspects ne sont pas suffisantes pour justifier l’ouverture d’une procédure judiciaire normale ou s’ils refusent de parler durant les interrogatoires.

Meïr Ettinger a démenti ces derniers jours sur son blogue l’existence d’un « réseau clandestin juif ». Il a toutefois justifié des attaques contre le « péché » que représente selon lui l’existence d’églises et de mosquées qualifiées de « lieux de cultes païens ».

Rivlin s’en mêle

La police israélienne a également ouvert une enquête sur des menaces publiées sur les réseaux sociaux contre le président Reuven Rivlin qui a condamné le « terrorisme juif », a annoncé lundi son porte-parole à l’AFP.

Le jour même de l’attaque antipalestinienne vendredi, M. Rivlin a publié sur sa page Facebook un texte, en arabe et en hébreu, intitulé « plus que de la honte, je ressens de la douleur ».

« La douleur du meurtre d’un petit bébé, la douleur de voir mon peuple choisir le chemin du terrorisme et perdre son humanité », écrit-il, alors que les parents et le frère du bébé Ali Dawabcheh, 18 mois, grièvement blessés dans l’attaque sont toujours entre la vie et la mort.

Le procureur a annoncé l’ouverture d’une enquête judiciaire à la suite de la diffusion de deux vidéos sur Youtube où le président Rivlin et le premier ministre Benjamin Nétanyahou sont présentés portant des uniformes nazis et s’exprimant en allemand avec la voix d’Hitler.


 
3 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 4 août 2015 04 h 29

    Pourquoi et comment ?

    « pour des crimes nationalistes » (AFP, citant source policière)

    De cette citation, et drôle à crayonner, cette question :

    Comment et pourquoi peut-on savoir identifier-qualifier ce genre de crime lorsque l’adversité terroriserait les Communautés par le maintien efficace des mesures de tension, de rétorsion susceptibles de légitimer, ou pas !, malaises, intolérances, inquiétudes, ou bravades inutiles ?

    Pourquoi et comment ? - 4 août 2015 -

  • Richard Lupien - Abonné 4 août 2015 06 h 47

    Qui peut comprendre?

    Peut-on prétendre que le meurtre d'un enfant est différent de celui de centaines d'autres tués lors des bombardements en séries sur Gaza où des milliers de civils ont été tués par la terreur ordinaire?

    Richard Lupien

    • Lucien Cimon - Abonné 4 août 2015 10 h 12

      Toutes ces larmes de crocodile, toute cette mise en scène pour faire oublier les horreurs d'un génocide q'Israël mène depuis plus de soixante ans contre les Palestiniens.
      Lucien Cimon