Pourparlers à La Mecque - Abbas et Mechaal déterminés à parvenir à un accord

La Mecque — Le président palestinien Mahmoud Abbas et le chef du Hamas Khaled Mechaal se sont dits déterminés hier à parvenir à La Mecque à un accord pour mettre fin à leurs luttes intestines, au cours d'une réunion dans cette ville de l'Arabie saoudite.

Réunis pour une durée indéterminée — on parle de trois jours — dans un hôtel surplombant la Grande Mosquée de la ville sainte, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le chef du Hamas, Khaled Mechaal, ont chacun assuré ne pas vouloir repartir sans accord.

Encouragés par l'Arabie saoudite, qui est à l'origine de cette rencontre, les deux hommes veulent notamment la cessation des affrontements entre leurs mouvements respectifs, qui ont fait plus de 90 morts depuis le mois de décembre.

Mais ils ont entamé leurs pourparlers en discutant de la formation d'un gouvernement d'union nationale palestinien acceptable par l'Occident, qui boycotte celui d'Ismaïl Haniyeh, un dirigeant du Hamas également présent à La Mecque, en raison de son refus de reconnaître l'État d'Israël.

«Nous voulons mettre sur pied un gouvernement d'unité et c'est l'exigence de chacun. Nous voulons un gouvernement qui peut mettre fin au blocus», a déclaré Abbas lors de la séance d'ouverture des négociations, retransmise en direct à la télévision saoudienne. «Les derniers jours ont été très sombres et puisse Dieu ne pas permettre qu'ils reviennent. C'est une catastrophe qu'il ne faut pas renouveler. Nous ne voulons plus de sang répandu», a-t-il ajouté.

«Nous ne quitterons pas ces lieux sans accord, si Dieu le veut. Nous sommes venus dans cette intention», lui a rétorqué Méchaal, en assurant que, si les Palestiniens émergent unis de cette rencontre, «la communauté internationale ne pourra pas ne pas respecter [leurs] voeux et ne pas lever ce blocus injuste».

Les discussions entre les deux parties ont jusqu'à maintenant achoppé sur l'attribution des principaux portefeuilles au sein du cabinet d'union en gestation et sur sa plate-forme politique.

M. Abbas, qui avait eu mardi des entretiens informels avec la délégation du Hamas à Djeddah, a indiqué être convenu avec M. Mechaal d'un ordre du jour portant sur «la formation d'un gouvernement d'union nationale, les bases d'un partenariat, la reconstruction de l'OLP et la consolidation de l'entente nationale».

Pour sa part, le premier ministre palestinien, Ismaël Haniyeh, a appelé à «un accord sur un code d'honneur qui bannisse les affrontements [interpalestiniens] et renforce l'unité nationale».

«Nous devons annoncer un accord qui protège notre unité, notre projet national et établisse un véritable partenariat entre le Hamas et le Fatah», a-t-il affirmé.