Que retenir de ce 56e jour de guerre en Ukraine?

Environ 50 000 exilés reviennent chaque jour dans la capitale ukrainienne, selon les médias locaux.
Photo: Yasuyoshi Chiba Agence France-Presse Environ 50 000 exilés reviennent chaque jour dans la capitale ukrainienne, selon les médias locaux.

Plus d’un million d’Ukrainiens de retour

Pas moins de 1,1 million d’Ukrainiens exilés sont retournés dans leur pays depuis le début de l’invasion russe, a annoncé mercredi le porte-parole du service des gardes-frontières du pays, Andriï Demtchenko.

Le retour des réfugiés dans leur pays se fait sentir au point où le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a exhorté la semaine dernière les évacués de la capitale à ne pas revenir pour l’instant. Les médias locaux estiment que ceux-ci seraient environ 50 000 à revenir chaque jour à Kiev.

Des dizaines de milliers de personnes font tout de même le chemin inverse quotidiennement. La barre des cinq millions de réfugiés ukrainiens ayant quitté leur pays a été franchie, selon les chiffres du Haut-Commissariat de l’ONU.

Le Parlement finlandais entame le débat sur l’adhésion à l’OTAN

Le Parlement finlandais a commencé mercredi à débattre de l’adhésion du pays à l’OTAN, qui l’aiderait à se protéger contre une éventuelle agression russe. Sa candidature est désormais « très probable ».

Seule l’Alliance de gauche, partenaire mineur de la coalition au pouvoir, s’est opposée à l’idée : ce parti soutient qu’une telle décision placerait le pays nordique en première ligne en cas d’attaque russe.

Longtemps partagés sur la question jusqu’à l’invasion de l’Ukraine, les 200 membres du Parlement finlandais se dirigent tout de même vers une nette majorité d’appuis à l’adhésion d’ici l’été. Helsinki s’attend à ce qu’il faille quatre mois à un an pour l’entérinement des différentes procédures.

Zelensky s’invite dans la présidentielle française

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s’est immiscé dans la campagne présidentielle française en déclarant à demi-mot sa préférence pour le président, Emmanuel Macron.

« Je veux dire que, bien évidemment, j’ai des relations avec Emmanuel Macron, et je ne voudrais pas les perdre », a-t-il déclaré à la télévision française dans un entretien à distance depuis Kiev. « Mais si madame la candidate [Marine Le Pen] comprenait qu’elle s’est trompée [dans son rapport avec la Russie], notre relation pourrait changer », a-t-il ajouté. Le président ukrainien a toutefois nié vouloir « influencer ce qui se passe » en France.

Marine Le Pen avait été interdite de séjour en Ukraine en janvier 2017 après avoir défendu l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

Wimbledon exclut les joueurs russes et biélorusses

 

Les organisateurs de Wimbledon excluent les Russes et les Biélorusses de l’édition 2022 du tournoi sur gazon en raison de la guerre en Ukraine, ce qui en fait le premier tournoi de tennis à écarter individuellement ces joueurs.

Daniil Medvedev, numéro 2 mondial, Andrey Rublev (8e), Aryna Sabalenka (4e), Anastasia Pavlyuchenkova (15e) et Viktoria Azarenka (ex-numéro 1, aujourd’hui 18e) ne pourront donc pas concourir au Grand Chelem de Londres.

Les grandes organisations du tennis mondial ont critiqué la décision. L’ATP l’a qualifiée d’« injuste », tandis que la WTA s’est déclarée « très déçue » de l’annonce faite par Wimbledon, ajoutant qu’elle allait « évaluer les actions qu’elle peut prendre » à la suite de cet arrêté.

La menace de cyberattaques

 

La Russie s’apprêterait à lancer des cyberattaques massives contre les alliés de l’Ukraine, ont fait savoir les États-Unis et quatre autres pays occidentaux, dont le Canada, dans un communiqué conjoint.

Les services de renseignement dit des « Five Eyes » — États-Unis, Royaume-Uni, Australie, Canada et Nouvelle-Zélande — disposeraient d’informations selon lesquelles Moscou s’efforce de trouver des moyens de perturber les systèmes informatiques de l’Ukraine et « des organisations qui soutiennent matériellement l’Ukraine ».

« Cette activité pourrait répondre au coût économique sans précédent imposé à la Russie, et au soutien matériel apporté [à l’Ukraine] par les États-Unis, leurs alliés et leurs partenaires », indique-t-on.

À voir en vidéo