Un nouveau bilan britannique atteint les 48 000 morts

Le Royaume-Uni est le pays le plus endeuillé du monde par la pandémie après les États-Unis.
Photo: Neil Hall Agence France-Presse Le Royaume-Uni est le pays le plus endeuillé du monde par la pandémie après les États-Unis.

Plus de 48 000 personnes sont décédées au Royaume-Uni avec pour cause soupçonnée ou avérée la COVID-19, selon des chiffres du Bureau national des statistiques (ONS), qui établit un bilan plus lourd que celui des autorités sanitaires.

Le nombre de décès liés à la maladie en Angleterre et au pays de Galles a toutefois atteint son plus bas niveau en sept semaines, avec 2589 morts la semaine s’achevant le 22 mai, indique l’ONS.

Les chiffres publiés de manière hebdomadaire par l’ONS diffèrent des bilans quotidiens du gouvernement se limitant aux personnes déclarées positives à la COVID-19. Le dernier bilan du gouvernement, publié mardi, était de 39 369 morts.

Le Royaume-Uni est le pays le plus endeuillé du monde par la pandémie après les États-Unis.

Les données de l’ONS révèlent également 62 000 décès supplémentaires dans le pays par rapport à la moyenne des cinq dernières années dans l’ensemble du Royaume-Uni depuis le début de la pandémie.

 

Minorités surreprésentées

Le pays assouplit peu à peu le confinement décrété fin mars, avec la réouverture de certaines classes de maternelle et de primaire lundi et celle des concessionnaires automobiles et des marchés en plein air. Les magasins de vêtements, les librairies et d’autres commerces non essentiels seront autorisés à rouvrir à la mi-juin.

Les autorités sanitaires anglaises ont quant à elle publié une étude qui met en évidence une surreprésentation des populations issues de minorités ethniques parmi les victimes du coronavirus.

Le risque de mourir de la COVID-19 est par exemple deux fois plus élevé pour les populations originaires du Bangladesh que pour la population blanche.

« Il reste du travail à faire pour comprendre ce qui conduit à de telles disparités », mais « nous sommes absolument déterminés à trouver des moyens pour combler ce fossé », a affirmé le ministre de la Santé, Matt Hancock, lors du breffage quotidien de Downing Street.

« Black lives matter » (la vie des Noirs compte), a-t-il déclaré en évoquant la colère qui s’exprime après la mort de George Floyd, Afro-Américain de 46 ans asphyxié par un policier blanc aux États-Unis.

À voir en vidéo