Ukraine: des activistes d’extrême droite s’en prennent à des militantes transgenres

L’homophobie est encore largement présente en Ukraine, mais les autorités pro-européennes sont déterminées à montrer leur tolérance.
Photo: Sergei Supinsky Agence France-Presse L’homophobie est encore largement présente en Ukraine, mais les autorités pro-européennes sont déterminées à montrer leur tolérance.

Deux personnes ont été agressées dimanche avec du poivre de Cayenne lors d’une marche pour les droits des transgenres à Kiev, perturbée par des dizaines de militants d’extrême droite.

Environ une trentaine de personnes portant des drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel et des affiches disant notamment « Stop à la transphobie » ont pris part à ce défilé dans la capitale ukrainienne.

Mais des militants d’extrême droite ont allumé des bombes fumigènes et les ont jetées dans le cortège.

Deux femmes agressées avec du poivre de Cayenne ont été prises en charge sur place par des secouristes, selon un journaliste de l’AFP.

La police a conduit les manifestants dans une station de métro, dont elle a ensuite bloqué l’accès pour éviter d’autres heurts.

« Les événements d’aujourd’hui ont montré que le niveau d’agression et de violence de l’extrême droite montait en Ukraine », ont réagi les organisateurs de la marche sur leur page Facebook.

L’homophobie est encore largement présente en Ukraine, mais les autorités pro-européennes sont déterminées à montrer leur tolérance, notamment en permettant aux défilés de la Fierté de se tenir, contrairement à la Russie voisine.

Des marches pour les droits des transgenres ont également eu lieu ces dernières années.

En juin, la police avait arrêté à Kiev plus de 50 manifestants d’extrême droite qui tentaient par la force d’empêcher le départ d’un défilé de la Fierté ayant rassemblé environ 5000 personnes sous une forte protection des forces policières.