Derniers hommages solennels à «RBG» dans la capitale américaine

Ruth Bader Ginsburg est la première femme à recevoir ce niveau d’hommage («<i>to lie in state</i>») au Capitole, et la première personne de confession juive.
Photo: Olivier Douliery Agence France-Presse Ruth Bader Ginsburg est la première femme à recevoir ce niveau d’hommage («to lie in state») au Capitole, et la première personne de confession juive.

La dépouille de la juge progressiste de la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg a reçu vendredi ses derniers hommages solennels au Capitole des États-Unis, en présence du candidat démocrate à la Maison-Blanche, Joe Biden, et de sa colistière Kamala Harris.

Une semaine tout juste après le décès à 87 ans de cette icône féministe et progressiste, son cercueil, drapé d’un drapeau américain, a quitté le siège du Congrès, traversant une haie d’honneur formée en vaste majorité par des femmes.

L’ancien vice-président Joe Biden, son épouse Jill Biden, ainsi que la candidate démocrate à la vice-présidence, Kamala Harris, tous masqués, se sont recueillis devant sa dépouille après une courte cérémonie dans la salle des Statues.

Des honneurs historiques

« Sa disparition est une perte incalculable pour notre démocratie et tous ceux qui luttent pour construire un meilleur avenir à nos enfants », a écrit la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Ruth Bader Ginsburg est la première femme à recevoir ce niveau d’hommage (« to lie in state ») au Capitole et la « première personne de confession juive », avait-elle expliqué jeudi en soulignant toutes les barrières que la magistrate avait franchies au cours de sa vie.

Une femme rabbin a prononcé un discours et chanté des psaumes. Une soprano américaine accompagnée d’une pianiste figurait aussi au programme des hommages à cette grande amatrice d’opéra.

Avant elle, la dépouille de Rosa Parks, figure de la lutte pour les droits civiques, avait été exposée sous la rotonde en 2005.

Photo: Sarah Silbiger Agence France-Presse Le cercueil de Ruth Bader Ginsburg, drapé d’un drapeau américain, a été exposée dans la salle des Statues.

Dans ce cadre solennel, une curieuse scène a surpris. Devant le cercueil, un homme s’est soudainement mis au sol pour faire trois pompes. Il s’agissait de Bryant Johnson, l’entraîneur personnel de la juge dont la petite taille — 1,54 m — et frêle stature cachait une grande énergie.

Avec lui « je fais 10 pompes, puis je respire, puis j’en fais dix autres. Puis “la planche”, que je trouve plus difficile, durant 30 secondes, puis je me relâche, et 30 secondes supplémentaires », avait-elle raconté en 2016 à propos de ses deux rendez-vous par semaine.

L’entraîneur avait même publié un livre d’exercices à l’effigie de la magistrate devenue icône pop en 2017.

Des absents notables

Absence notable dans l’assemblée au Capitole : les chefs des républicains au Sénat, Mitch McConnell, et à la Chambre, Kevin McCarthy.

À la fin de la cérémonie, des élues républicaines et démocrates du Congrès — et une poignée d’hommes — se sont rassemblés, main sur le cœur, dans une haie d’honneur sur les marches du Capitole. Un rare signe d’union depuis que son décès a précipité une bataille politique acharnée.

Sous les huées, Donald Trump était venu se recueillir jeudi devant la dépouille de « RBG » exposée, depuis mercredi, à l’entrée de la Cour suprême.

Le milliardaire républicain a engagé au pas de course le processus pour la remplacer et ancrer durablement la Cour suprême dans le conservatisme, ce qui pourrait profondément modifier la société américaine : il doit annoncer samedi à 17 h qui il souhaite nommer à ce poste influent.

Ruth Bader Ginsburg sera inhumée dans l’intimité la semaine prochaine au cimetière national d’Arlington, proche de Washington.

À voir en vidéo