En photos | Des statues de confédérés, leurs socles et leurs histoires

En juin 2015, neuf Afro-Américains trouvaient la mort lors d’une tuerie de masse dans une église de Charleston, en Caroline du Sud. Selon le rapport Whose Heritage ? (L’héritage de qui ?) du Southern Poverty Law Center, une organisation vouée à la lutte contre la suprématie blanche, c’est l’un des moments charnières dans la remise en cause dans l’opinion publique des symboles esclavagistes et ségrégationnistes du passé, notamment les statues des généraux confédérés. Depuis 2015, c’est plus de 100 monuments confédérés qui ont été renversés ou déboulonnés, dont plus de 40 dans les quatre derniers mois, à la suite de la mort de George Floyd. Au fil de la route, de Charlottesville, en Virginie, à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, notre photographe Valérian Mazataud a photographié ces socles déjà nus, ou ces statues, témoins d’un passé raciste, vouées à disparaître.

 

Ce reportage a été financé grâce au soutien du Fonds de journalisme international Transat-Le Devoir.

1 Le socle du buste du général confédéré Albert Pike, à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Sur le monument vandalisé le 10 juillet dernier, on peut actuellement lire: «Meurs, porc». Valérian Mazataud Le Devoir
2 La colonne du monument de Jefferson Davis, président des États confédérés de 1861 à 1865, à Richmond, en Virginie. La statue qui trônait en haut d’une colonne de 20 mètres a été renversée en juin 2020, lors d’une manifestation en hommage à George Floyd. Valérian Mazataud Le Devoir
3 Dann Hickman profite des paniers de basket-ball installés devant la statue du général sécessionniste Robert Edward Lee à Richmond, en Virginie, pour s’exercer. La statue contestée est devenue un lieu de réunion, de protestation et d’expression artistique contre le racisme. Valérian Mazataud Le Devoir
4 La statue du général sécessionniste Robert Edward Lee, à Charlottesville, en Virginie. Le 12 août 2017, une manifestation de suprémacistes blancs opposés au retrait de la statue s’était terminée par une attaque à la voiture bélier contre une manifestation antiraciste. La jeune Heather Heyer avait été tuée sur le coup. Valérian Mazataud Le Devoir
5 Le socle de la statue du général sécessionniste Robert Edward Lee à l’école du même nom, dans la ville de Montgomery, en Alabama. La statue a été renversée par un groupe de quatre personnes dans la nuit du 1er au 2 juin 2020, et il n’est pas certain qu’elle retrouvera sa place. Valérian Mazataud Le Devoir
6 La statue du colonel sécessionniste Charles Didier Dreux, premier officier sudiste tué durant la guerre de Sécession, a été renversée le 10 juillet dernier. Le socle a été vandalisé et il y est écrit en lettres rouges: «Commanditée par les hommes du Ku Klux Klan». Valérian Mazataud Le Devoir
7 Le socle de la statue du général confédéré James Ewell Brown Stuart, à Richmond, en Virginie. La plupart des statues confédérées de Monument Avenue, au cœur de la ville, ont été retirées durant les derniers mois. Valérian Mazataud Le Devoir
8 Le socle de la statue du général confédéré Stonewall Jackson, à Richmond, en Virginie. La statue équestre, installée en 1919, a quitté son socle le 1er juillet 2020, sur ordre du maire de la ville, Levar Stoney. Valérian Mazataud Le Devoir
9 Le socle de la statue de l’officier naval confédéré Matthew Fontaine Maury, à Richmond, en Virginie. La statue, installée en 1929, a quitté son socle le 2 juillet 2020, sur ordre du maire de la ville, Levar Stoney. Valérian Mazataud Le Devoir
10 Le socle de la statue d’un soldat confédéré anonyme qui marquait les sépultures de 300 soldats confédérés au cimetière de Green Hill, à Greensboro, en Caroline du Nord. La statue a été renversée par des inconnus lors de la fin de semaine du 4 juillet 2020. Valérian Mazataud Le Devoir