TikTok accuse Donald Trump de décisions «politisées»

L’application chinoise TikTok a été téléchargée 175 millions de fois aux États-Unis et plus d’un milliard dans le monde. 
Photo: Drew Angerer Getty Images via Agence France-Presse L’application chinoise TikTok a été téléchargée 175 millions de fois aux États-Unis et plus d’un milliard dans le monde. 

Les décisions de Donald Trump contre TikTok sont motivées par des considérations politiques et financières, et non par des inquiétudes pour la sécurité nationale, argumente le réseau social dans une plainte qu’il a déposée lundi contre le gouvernement américain.

Le président des États-Unis a formulé des menaces de plus en plus radicales depuis un mois contre la très populaire application de partage de vidéos, qui appartient au groupe chinois ByteDance, et qu’il accuse, sans preuves, de siphonner les données des utilisateurs américains au profit de Pékin.

« Nous sommes totalement en désaccord avec la position du gouvernement selon laquelle TikTok est une menace pour la sécurité nationale », écrit la société dans une publication de blogue en assurant ne pas engager ces poursuites « à la légère ».

Le 6 août, Donald Trump a interdit à l’application toute transaction avec des partenaires américains au-delà de 45 jours. Le décret ne précise pas les conséquences pratiques, mais l’interdiction pourrait obliger Google et Apple à retirer TikTok de leurs magasins d’applis, empêchant, de fait, son utilisation aux États-Unis. « Avec ce décret menaçant d’interdire nos opérations américaines — éliminant au passage la création de 10 000 emplois aux États-Unis et nuisant irrémédiablement aux millions d’Américains qui se tournent vers cette application pour se divertir et tirer un moyen de subsistance particulièrement vital pendant la pandémie —, nous n’avons tout simplement pas le choix », ajoute la société.

L’application chinoise a été téléchargée 175 millions de fois aux États-Unis et plus d’un milliard de fois dans le monde. Les données du réseau sont stockées sur des serveurs aux États-Unis et à Singapour. En Chine, ByteDance opère une plateforme sur le même principe, mais totalement séparée.

TikTok affirme dans sa plainte ne pas avoir bénéficié d’une « procédure équitable », comme garanti par le cinquième amendement de la Constitution américaine, dans la mesure où la société n’a pas eu l’occasion de présenter ses arguments avant la signature du décret. Des efforts qui ont été totalement « ignorés » par le gouvernement, selon TikTok, pour qui les décisions du gouvernement américain sont « fortement politisées ».

Arguant toujours de menaces pour la sécurité nationale, le locataire de la Maison-Blanche a aussi donné jusqu’à environ mi-novembre à ByteDance pour vendre les opérations américaines du réseau, sous peine de le bloquer aux États-Unis. Plusieurs acquéreurs potentiels sont sur les rangs, dont les groupes informatiques Microsoft et Oracle.

À voir en vidéo