Joe Biden repart en campagne dans une Amérique divisée

L’ancien vice-président américain a choisi, pour son retour sur le terrain lundi, une journée marquée par la solennité aux États-Unis puisqu’elle célèbre la mémoire des militaires américains tombés au combat.
Photo: Olivier Douliery Agence France-Presse L’ancien vice-président américain a choisi, pour son retour sur le terrain lundi, une journée marquée par la solennité aux États-Unis puisqu’elle célèbre la mémoire des militaires américains tombés au combat.

C’est en portant un masque noir que Joe Biden a fait sa première apparition publique en plus de deux mois, symbole, face à un Donald Trump qui refuse catégoriquement de se montrer masqué, d’une Amérique divisée dans cette campagne présidentielle bouleversée par la crise du coronavirus.

L’ancien vice-président américain a choisi, pour son retour sur le terrain lundi, une journée marquée par la solennité aux États-Unis puisqu’elle célèbre la mémoire des Américains tombés au combat.

L’occasion était cette fois encore plus assombrie par le bilan vertigineux de la pandémie, qui a fait près de 100 000 morts aux États-Unis, pays le plus endeuillé du monde.

Accompagné de son épouse Jill Biden, le candidat démocrate à la Maison-Blanche, 77 ans, a déposé une gerbe sur un monument aux anciens combattants américains près de son domicile. Tous deux portaient un masque noir et des tenues sombres.

À une centaine de kilomètres de là, le président républicain, 73 ans, et son épouse, Melania Trump, participaient à leur deuxième hommage aux militaires du jour, sans porter de masque.

« Cela répond à nos divisions : les deux partis ne sont d’accord sur rien, même pas sur les mesures de santé publique », analyse Larry Sabato, politologue à l’Université de Virginie.

Ce contraste correspond en grande partie au type de partisans des deux candidats, poursuit-il. « Les démocrates sont largement soutenus par les femmes […], or les femmes sont fortement favorables aux mesures de distanciation sociale et au port du masque. Trump, en revanche, est largement soutenu par des hommes blancs, particulièrement les ouvriers blancs. Ceux-ci perçoivent le masque comme un signe de faiblesse », affirme-t-il.

Accentuant aussi peut-être les différences dans la perception du danger, la pandémie s’est abattue plus férocement jusqu’ici sur les régions qui votent démocrate, avec une mortalité plus élevée, selon des études du New York Times et de The Economist.

Les deux partis ne sont d’accord sur rien, même pas sur les mesures de santé publique

 

Tweets moqueurs

L’image de Joe Biden portant ses célèbres lunettes d’aviateur sur son masque noir, qui rabattait ses oreilles vers l’avant, a été « tweetée » par Brit Hume, un éditorialiste de la chaîne prisée des conservateurs Fox News, avec un commentaire moqueur : « Cela aide peut-être à expliquer pourquoi Trump n’aime pas porter un masque en public. »

Un message « retweeté » par le président lui-même lundi soir.

Le candidat démocrate à la Maison-Blanche a jugé mardi que Donald Trump était un « parfait crétin » pour avoir relayé ce tweet.

« C’est un crétin, un parfait crétin, de dire ces choses », a-t-il déclaré sur CNN, lors de sa première interview réalisée en personne depuis que la pandémie a brusquement paralysé la campagne pour la présidentielle de novembre.

« La vérité, c’est que je pense qu’on est censé diriger en donnant l’exemple », a-t-il également affirmé en qualifiant les propos de Donald Trump de « trucs machos » qui ont « tué des gens ».

L’ancien vice-président de Barack Obama n’avait pas quitté sa maison du Delaware pour une apparition publique depuis la mi-mars, lorsque la crise de la COVID-19 avait soudainement paralysé la campagne pour la présidentielle américaine du 3 novembre.

S’il s’est offert quelques balades à pied ou à vélo, loin des caméras, Joe Biden avait uniquement fait campagne par visioconférence depuis sa maison.

Un choix là aussi moqué par les républicains et Donald Trump, qui l’ont décrit comme un homme craignant l’action de terrainl.

Pendant ce temps, le président républicain jouissait de l’attention des médias à la Maison-Blanche et reprenait les voyages officiels dans des États clés pour la présidentielle. Sans jamais porter de masque devant les caméras.

De rares voix républicaines tentent de dépasser les lignes partisanes autour de la pandémie, comme le gouverneur du Dakota du Nord, Doug Burgum, qui avait appelé, juste avant le long week-end férié, ses concitoyens à ne pas tomber dans les « divisions insensées ».

« Si quelqu’un porte un masque, il ne le fait pas pour montrer à quel parti il appartient ou quel candidat il soutient », a-t-il déclaré, en refoulant ses larmes. « Il le fait peut-être parce qu’il a un enfant de cinq ans traité pour un cancer. Il a peut-être des adultes vulnérables dans son entourage, qui sont en ce moment en train de lutter contre la COVID. »

À voir en vidéo