Un plaidoyer adressé aux électeurs

Adam Schiff en tête, l’équipe de procureurs démocrates a rencontré la presse, mercredi matin, avant d’entrer dans l’enceinte du Sénat pour porter les accusations d’abus de pouvoir et d’entrave au travail du Congrès contre les président Donald Trump.
Photo: Chip Somodevilla Getty Images Agence France-Presse Adam Schiff en tête, l’équipe de procureurs démocrates a rencontré la presse, mercredi matin, avant d’entrer dans l’enceinte du Sénat pour porter les accusations d’abus de pouvoir et d’entrave au travail du Congrès contre les président Donald Trump.

Donald Trump a essayé de « tricher » pour remporter un second mandat à la Maison-Blanche, a dit, de manière accusatrice, mercredi l’élu démocrate et procureur en chef Adam Schiff en ouvrant les débats de fond au procès en destitution du président des États-Unis.

Après une première journée marathon qui a fixé le cadre de ce procès historique, les cent sénateurs se sont retrouvés mercredi à la mi-journée pour écouter dans le plus grand silence l’accusation dérouler ses griefs.

L’élu démocrate de la Chambre des représentants Adam Schiff, assisté par six confrères, est revenu sur les deux chefs d’accusation retenus le 18 décembre contre le locataire de la Maison-Blanche : abus de pouvoir et entrave au travail du Congrès.

Donald Trump a « exercé des pressions sur l’Ukraine pour qu’elle annonce des enquêtes » pouvant servir sa campagne de réélection, dont l’une visait à « salir » un de ses rivaux potentiels, le démocrate Joe Biden, a assené cet ancien procureur.

Ces gens sont fous !

Pour parvenir à ses fins, « en d’autres mots pour tricher », le président a notamment « gelé des centaines de millions de dollars d’aide militaire à un allié stratégique en guerre avec la Russie », a-t-il poursuivi.

Une fois ses actes rendus publics, Donald Trump a « utilisé ses pouvoirs » pour mettre des bâtons dans les roues aux enquêteurs de la Chambre, a encore déroulé Adam Schiff.

Ce fin connaisseur du dossier d’accusation, qui a supervisé les investigations à la Chambre, a appuyé son intervention d’extraits vidéo des auditions de témoins ou d’interviews de l’impétueux milliardaire et de son entourage.

Ponctuant son intervention de références historiques, il s’est fait grandiloquent pour appeler les sénateurs à voter la destitution : sinon, « nous allons écrire l’histoire de notre déclin de nos propres mains », a-t-il mis en garde.

Réplique de Trump sur Twitter

« Ces gens sont fous ! » Depuis la Suisse, où il assistait au Forum économique mondial de Davos, Donald Trump s’était redit dans la matinée victime d’un « coup monté » orchestré par l’opposition démocrate.

Le président de 73 ans a assuré qu’il aurait « adoré » assister aux débats, mais que ses avocats n’y étaient pas favorables.

Quand les démocrates ont commencé à dérouler leur argumentaire, il s’est saisi de son compte Twitter, repoussant plusieurs montages vidéo pour ridiculiser ses adversaires ou vanter son bilan.

Donald Trump est le troisième président de l’histoire des États-Unis à subir l’opprobre associé à un procès en destitution, après Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1999.

Comme eux, il devrait être acquitté, grâce au soutien indéfectible des 53 sénateurs républicains (sur 100 élus).

Malgré tout, les démocrates espèrent convaincre l’opinion publique que l’ancien magnat de l’immobilier a bien « violé son serment » de président. Pour ce faire, les sept élus chargés du rôle de procureur disposent de 24 heures, étalées sur trois jours.

Puis, ce sera au tour de la défense pour la même durée. « Nous allons contester vivement le dossier présenté » par l’accusation, a déclaré l’avocat personnel du président Jay Sekulow lors d’une brève interruption de séance. « Nous le ferons de manière ordonnée et systématique ».

Les sénateurs, qui font office de jurés, auront ensuite 16 heures pour poser leurs questions, par écrit. Elles seront lues par le président de la Cour suprême des États-Unis, John Roberts, chargé par la Constitution de présider ce procès.

Entre-temps, ils devront rester vissés sur leur siège sans prendre la parole, ni consulter leur téléphone ou leur ordinateur, les équipements électroniques étant interdits dans l’hémicycle.

Piques acerbes

Ce cadre strict vise à assurer la dignité des débats. Il n’a toutefois pas empêché mardi l’accusation et la défense d’échanger des piques acerbes, au point que John Roberts a dû les rappeler à l’ordre.

« La manière dont les choses sont dites est parfois aussi importante que ce qui est dit », a renchéri mercredi l’aumônier du Sénat, Barry Black, dans son sermon quotidien.

À la pause, les sénateurs se sont rués hors de l’hémicycle pour livrer leurs analyses aux caméras ou tweeter de petits commentaires. Sans surprise, les démocrates ont jugé Adam Schiff « convaincant » (Amy Klobuchar) et les républicains ont déploré une « mascarade partisane » (Rand Paul).

Un premier vote est attendu en fin de semaine prochaine : les sénateurs devront décider s’ils acceptent de convoquer de nouveaux témoins, comme le réclament les démocrates.

Ces derniers devront convaincre quatre républicains de briser les rangs pour obtenir gain de cause, ce qui, compte tenu des tensions actuelles, semble difficile. Ils pourraient ensuite passer rapidement au vote sur la culpabilité de Donald Trump. La Constitution impose une majorité des deux tiers pour destituer un président, un seuil a priori inatteignable.