Le «champignon noir» tend à se propager parmi les victimes de la COVID-19 en Inde

Les autorités du pays ont signalé des milliers de cas de mucormycose, communément appelée « champignon noir », que les spécialistes lient au diabète et au système immunodéprimé des victimes du coronavirus.
Photo: Uma Shankar Mishra Archives Agence France-Presse Les autorités du pays ont signalé des milliers de cas de mucormycose, communément appelée « champignon noir », que les spécialistes lient au diabète et au système immunodéprimé des victimes du coronavirus.

La création de centres de traitement de la mucormycose a été annoncée dans la capitale indienne jeudi par les autorités de Delhi, afin de lutter contre cette infection rare dont les cas tendent pourtant à se multiplier parmi les convalescents de la COVID-19.

Les autorités du pays ont signalé des milliers de cas de mucormycose, communément appelée « champignon noir », que les spécialistes lient au diabète et au système immunodéprimé des victimes du coronavirus. La COVID-19 a déjà causé la mort de plus de 100 000 personnes le mois dernier dans tout le pays.

Les autorités n’étaient toutefois pas en mesure de déterminer le nombre de décès dus à la mucormycose depuis le début de la deuxième vague de coronavirus, il y a six semaines.

Le chef du gouvernement de la capitale, Arvind Kejriwal, a annoncé la création de centres spécialisés au sein de trois hôpitaux de Delhi pour éviter la propagation du champignon, promettant de veiller à ce que les malades bénéficient des traitements appropriés.

La presse rapportait que plus de 200 malades de la mucormycose sont traités dans les hôpitaux de New Delhi et des dizaines en attente de lit.

Les États du Rajasthan et de Télégana se sont dits confrontés à une épidémie de champignon noir et celui du Maharashtra a signalé à lui seul plus de 2000 cas.

Certains médecins affirment que cette mycose noire touche en particulier les convalescents de la COVID-19 qui ont été traités avec des stéroïdes.

L’infection opportuniste tue plus de 50 % des personnes qui en sont affectées en quelques jours.

À voir en vidéo