25 militants inculpés pour avoir participé à une veillée interdite à Hong Kong

Cette veillée attire généralement les foules et elle est la seule commémoration de l’évènement en Chine.
Photo: Anthony Wallace Agence France-Presse Cette veillée attire généralement les foules et elle est la seule commémoration de l’évènement en Chine.

Vingt-cinq militants pro-démocratie ont été inculpés jeudi pour leur participation en juin à la veillée annuelle en souvenir de la répression de Tiananmen en 1989, qui avait été interdite officiellement en raison des risques liés au coronavirus.

Parmi eux se trouvent plusieurs figures du mouvement, comme Joshua Wong, le magnat de la presse Jimmy Lai et les dirigeants de l’Alliance de soutien des mouvements patriotiques démocratiques de Chine, qui organise la veillée depuis 1990.

Ils ont été inculpés pour avoir « participé sciemment à un rassemblement non autorisé ».

Lee Cheuk-yan, président de l’Alliance, a été lui inculpé pour avoir organisé la veillée le 4 juin dans le parc Victoria.

Cette veillée attire généralement les foules et elle est la seule commémoration de l’évènement en Chine. Mais les autorités de l’ex-colonie britannique l’ont interdite en juin, pour la première fois en 30 ans, jugeant qu’un tel rassemblement en pleine pandémie constituait « une menace majeure pour la vie et la santé du public ».

« Il est évident que le régime planifie une nouvelle vague de répression contre les militants », a écrit Joshua Wong, 23 ans, sur Facebook.

« Comme nos voix pourraient ne pas être entendues de sitôt, nous espérons que le monde pourra continuer à défendre la liberté et les droits de l’homme » à Hong Kong, a-t-il ajouté.

Les 25 militants doivent comparaître devant la justice le 15 septembre.

À voir en vidéo