Séismes de magnitude 5,9 au Japon et 5,5 en Nouvelle-Zélande

Le 11 mars dernier, le Japon se recueillait pour les neuf ans du séisme dévastateur de magnitude 9,0 et du tsunami qui l'accompagnait.
Photo: Philip Fong Agence France-Presse Le 11 mars dernier, le Japon se recueillait pour les neuf ans du séisme dévastateur de magnitude 9,0 et du tsunami qui l'accompagnait.

Un séisme de magnitude 5,9 s’est produit jeudi au large des côtes du Japon et un autre, de magnitude 5,5, quelques heures plus tard en Nouvelle-Zélande, selon l’Institut de géophysique américain (USGS).

L’épicentre du premier séisme a été détecté à une profondeur de 25 kilomètres, à une quarantaine de kilomètres de la préfecture de Chiba, à l’est de Tokyo, mais aucune alerte au tsunami n’a été lancée.

L’agence météorologique japonaise a quant à elle évalué la magnitude à 6,2, tout en précisant sur son site Internet qu’il ne posait « aucun risque de tsunami ».

La secousse, qui s’est produite à 4 h 47 locales (15 h 47 au Québec), a été ressentie dans la banlieue de Tokyo, selon les médias japonais.

Le deuxième séisme, en Nouvelle-Zélande, s’est quant à lui produit à 10 h 20 (18 h 20 au Québec) au large de la côte de la région isolée de Milford Sound, sur l’île du Sud.

Le service néo-zélandais de sismologie GeoNet a évalué le séisme à 5,9, contre 5,5 pour l’USGS.

Le tremblement de terre a été ressenti par la population, mais sans faire de dégâts matériels selon la police.

Le Japon et la Nouvelle-Zélande se trouvent sur la « ceinture de feu » du Pacifique, un arc d’intense activité sismique qui s’étend à travers l’Asie du Sud-Est et le bassin du Pacifique.

En mars 2011, un séisme dévastateur de magnitude 9,0 avait secoué l’archipel du Japon avant qu’un gigantesque raz-de-marée ne s’abatte sur les côtes nord-est du pays, tuant près de 16 000 personnes et déclenchant la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima.

En Nouvelle-Zélande, un séisme de magnitude 6,3 a fait 185 morts en février 2011 à Christchurch, sur l’île du Sud. En novembre 2016, une secousse de magnitude 7,8 à Kaikoura, sur la côte plus au nord, a été la deuxième plus puissante jamais enregistrée dans le pays, mais n’avait fait que deux morts.