Inde: un égoportrait, quatre morts

Un homme croque un égoportrait alors que les pluies de la mousson inondent les rues de Mumbai, en août dernier.
Photo: Indranii Mukherjee Archives Agence France-Presse Un homme croque un égoportrait alors que les pluies de la mousson inondent les rues de Mumbai, en août dernier.

Une jeune mariée et trois membres de sa famille ont péri en prenant un égoportrait sur un barrage en Inde, a annoncé lundi la police, dans le pays qui compte le plus grand nombre d’égoportraits fatals.

Le groupe de six personnes se photographiait dimanche au barrage de Pambaru, dans l’État du Tamil Nadu, dans le sud du pays, a indiqué à l’AFP un responsable de la police locale.

« Ils se tenaient la main et posaient pour des égoportrait lorsqu’ils ont glissé et sont tombés », a-t-il dit sous couvert d’anonymat, car il n’était pas autorisé à parler à la presse.

« Le mari, qui prenait les photos, n’est pas tombé et a survécu », a-t-il ajouté.

L’homme a sauté à l’eau et a réussi à sauver l’une des femmes, mais le reste du groupe s’est noyé, a rapport l’agence Press Trust of India. L’une des victimes était un écolier de 14 ans.

Selon une étude l’année dernière de chercheurs du All Indian Institute of Medical Sciences, 259 personnes sont mortes à travers le monde en prenant des égoportraits entre 2011 et 2017.

L’Inde paye le tribut le plus lourd des égoportraits mortels, suivie par la Russie, les États-Unis et le Pakistan.

L’épidémie est telle que les autorités du géant d’Asie du Sud ont décrété des « zones anti-égoportrait » à certains endroits considérés comme potentiellement dangereux.