New Delhi se prépare à la saison de la pollution

Chaque année à partir d’octobre, New Delhi se transforme en «chambre à gaz» et suffoque dans un brouillard toxique.
Photo: Money Sharma Archives Agence France-Presse Chaque année à partir d’octobre, New Delhi se transforme en «chambre à gaz» et suffoque dans un brouillard toxique.

Le gouvernement de la capitale indienne New Delhi a annoncé vendredi une série de mesures destinées à atténuer l’effroyable pollution attendue à partir du mois prochain, instaurant notamment 11 jours de circulation alternée.

Chaque année à partir d’octobre, la mégapole d’une vingtaine de millions d’habitants se transforme en « chambre à gaz » et suffoque dans un brouillard toxique.

La pollution atmosphérique de New Delhi, l’une des plus dangereuses au monde pour la santé, résulte d’une conjonction de facteurs naturels (froid, vents faibles...) et humains (brûlis agricoles, émissions industrielles et automobiles, feux pour se réchauffer...).

En prévision des épisodes de pollution à venir, le ministre en chef de Delhi a annoncé que la circulation alternée serait mise en place dans la capitale du 4 au 15 novembre. Les véhicules ne pourront rouler qu’un jour sur deux selon que leur plaque d’immatriculation finit par un chiffre pair ou impair.

« Cette mesure aboutira à une baisse de la pollution durant les hivers », a affirmé Arvind Kejriwal. La circulation alternée avait été introduite pour la première fois en janvier 2016 à Delhi, mais les experts sont partagés sur son efficacité, notamment en raison des très nombreuses exemptions à la règle.

Les autorités distribueront aussi gratuitement de nombreux masques de protection et utiliseront des brumisateurs pour faire retomber la poussière dans l’air, a annoncé M. Kejriwal.

« Nous mettons aussi en place une cellule de crise où les plaintes liées à la pollution seront traitées », a-t-il indiqué.

La pollution à New Delhi atteint généralement un pic au moment de la fête hindoue des Lumières, Diwali, où les explosions de pétards viennent vicier davantage un air déjà rendu irrespirable par les brûlis des régions agricoles alentour.

Il n’est alors pas rare de voir les compteurs de pollution dépasser les 1000 microgrammes de particules fines PM2,5 par mètre cube d’air, là où l’OMS recommande de ne pas dépasser 25 en moyenne journalière. Diwali survient cette année le 27 octobre.

En 2017, la pollution de l’air a causé 1,2 million de décès prématurés en Inde, selon l’estimation d’une étude parue l’année dernière dans la revue scientifique The Lancet.