La police de Hong-Kong tire du gaz lacrymogène contre des manifestants

Les rues de Yuen Long ont été envahies par une mer de manifestants portant des parapluies.
Photo: Bobby Yip Associated Press Les rues de Yuen Long ont été envahies par une mer de manifestants portant des parapluies.

Les policiers de Hong-Kong ont tiré samedi du gaz lacrymogène et fait usage de leur matraque contre des manifestants ayant défié les autorités locales qui avaient interdit une marche de protestation dans un secteur où, six jours plus tôt, des provocateurs avaient brutalement agressé des civils dans une gare.

Des manifestants vêtus de noir ont défilé dans Yuen Long, bien que la police ait refusé d’autoriser cette marche sous prétexte de risques d’affrontement entre eux et des résidents.

Il s’agissait, pour ces manifestants, de lancer un défi à la fois à la police et aux assaillants vêtus de blanc qui avaient passé à tabac plusieurs dizaines de personnes, la semaine dernière, dont plusieurs revenaient d’une marche de protestation. Selon les autorités, les assaillants étaient liés aux triades chinoises ou étaient des villageois de la région. Les manifestants ont accusé les forces de l’ordre de ne pas avoir réagi assez rapidement pour protéger les victimes.

Les rues de Yuen Long ont été envahies par une mer de manifestants portant des parapluies leur permettant de dissimuler leur visage aux caméras de surveillance.

« La police de Hong-Kong connaît la loi et l’enfreint », ont-ils scandé.

Selon l’un des organisateurs de la marche, Max Chung Kin-ping, plus de 288 000 personnes sont descendues dans les rues. La police n’a pas encore publié son estimation, habituellement inférieure à celle des organisateurs.