Des randonneurs téméraires secourus

La majorité des centaines de randonneurs s’étant retrouvés coincés dans la neige ont été ramenés sains et saufs.
Photo: Armée du Népal Agence France-Presse La majorité des centaines de randonneurs s’étant retrouvés coincés dans la neige ont été ramenés sains et saufs.

Des responsables népalais ont fermé une section d’un populaire chemin de randonnée dans l’Himalaya, dimanche, après que des sauveteurs, débordés à la suite des tempêtes de neige de la semaine dernière ayant tué au moins 38 personnes, ont dû secourir d’autres randonneurs qui s’étaient aventurés sur les mêmes pistes meurtrières.

Parmi les victimes des blizzards et des avalanches ayant frappé la section la plus élevée du circuit de randonnée Annapurna, dans le nord du Népal, figurent plusieurs touristes étrangers — quatre Canadiens, dont trois Québécoises —, des guides népalais et des villageois. La majorité des centaines de randonneurs s’étant retrouvés coincés dans la neige ont été ramenés sains et saufs, et un responsable gouvernemental a fait savoir que le rythme des vols d’évacuation diminuait.

Mais alors que les conditions météo s’amélioraient, de nouveaux randonneurs ont commencé à circuler sur les mêmes pistes, poussant le gouvernement à fermer le sentier, a mentionné le responsable, Bahadur Chokhyal. À certains endroits, les pistes étaient entièrement recouvertes de neige.

M. Chokhyal a expliqué que la nécessité de ramener à bon port ces nouveaux randonneurs ajoutait un poids supplémentaire sur les épaules des équipes d’urgence.

25 corps identifiés

Jusqu’à maintenant, 25 corps ont été identifiés : 8 des morts sont népalais, tandis que les autres proviennent du Canada, de l’Inde, d’Israël, de la Slovaquie, de la Pologne et du Japon. Treize autres corps n’ont pas encore été identifiés.

Les tempêtes de neige de mercredi dans l’Himalaya ont été déclenchées par la fin d’un cyclone ayant frappé la côte indienne quelques jours auparavant. Les randonneurs ont été surpris lorsque la météo a changé rapidement. La plupart des victimes se trouvaient sur ou près du circuit des Annapurnas, une série de pistes s’étendant sur 220 kilomètres à travers la chaîne de montagnes.

Le plus grand nombre de morts a été recensé dans le passage de Thorong La, l’un des endroits les plus élevés du circuit.