À La Havane, le bilan de l’explosion de l’hôtel Saratoga continue de s’alourdir

Emblématique établissement de la vieille Havane, l’hôtel, en travaux, était fermé aux touristes. «Les premières constatations indiquent que l’explosion a été provoquée par une fuite de gaz», a précisé la présidence cubaine.
Photo: Ramon Espinosa Associated Press Emblématique établissement de la vieille Havane, l’hôtel, en travaux, était fermé aux touristes. «Les premières constatations indiquent que l’explosion a été provoquée par une fuite de gaz», a précisé la présidence cubaine.

Au moins 22 personnes ont été tuées et 50 ont été blessées vendredi par la forte explosion qui a détruit une partie du mythique hôtel Saratoga, au cœur de La Havane, à Cuba.

« Jusqu’à présent, il y a 74 blessés, dont malheureusement 18 sont décédés », a déclaré lors d’une conférence de presse en soirée Julio Guerra, chef des services hospitaliers du ministère cubain de la Santé. Le bureau de la présidence, lui, a évoqué un bilan de 64 blessés et 18 morts après cette explosion, probablement due à une fuite de gaz.

Un peu plus tôt, Miguel Garcia, le directeur de l’hôpital Calixto Garcia, où une partie des blessés sont soignés, avait signalé que 11 blessés étaient « dans un état extrêmement grave ». « Un enfant de deux ans est en train d’être opéré d’une fracture du crâne », avait quant à lui dit Miguel Hernan Estévez, le directeur de l’hôpital Hermanos Almejeiras. Les autorités cubaines ont d’ailleurs invité la population à effectuer des dons de sang pour répondre aux besoins causés par cette explosion.

Photo: Adalberto Rogue Agence France-Presse Les quatre premiers étages de l’hôtel Saratoga ont été soufflés dans l’explosion.

De son côté, le premier secrétaire du Parti communiste à La Havane, Luis Antonio Torres Iribar, avait signalé que « 13 personnes [étaient] portées disparues » et avait prévenu que « les travaux de recherche et de secours continuent dans l’hôtel, où il est possible que d’autres personnes soient coincées » sous les décombres.

Aucun étranger ne compte parmi les victimes, selon les autorités cubaines. Affaires mondiales Canada a d’ailleurs confirmé au Devoir qu’aucun Canadien ne semble avoir été « touché par cet incident ». « Les agents consulaires sont en contact avec les autorités locales pour recueillir des renseignements supplémentaires et sont prêts à fournir une aide consulaire, au besoin », a ajouté un porte-parole, Jason Kung.

Une explosion accidentelle

Établissement emblématique de la vieille ville de La Havane avec sa façade verte, l’hôtel était fermé aux touristes en raison de travaux. Seuls des employés en train de préparer sa réouverture, prévue le 10 mai, se trouvaient à l’intérieur.

Selon le dirigeant local du quartier historique de La Havane, Alexis Costa Silva, cité par le média d’État Cubadebate, une bonbonne de gaz liquide était en train d’être changée dans l’hôtel.

Le cuisinier a senti une odeur et a découvert une fissure dans le tuyau, et c’est ce qui aurait provoqué l’explosion.

« D’après les premières constatations, l’explosion a été provoquée par une fuite de gaz », a vite précisé le compte Twitter du président cubain, Miguel Díaz-Canel. « Ce n’était ni une bombe ni un attentat, c’est un regrettable accident », a-t-il déclaré sur place peu après, voulant ainsi mettre fin aux rumeurs qui évoquaient les attentats survenus dans plusieurs hôtels de l’île lors des années 1990.

Les quatre premiers étages de l’hôtel Saratoga, classé 5 étoiles, ont été soufflés dans l’explosion survenue vers 11 h. Quelques minutes après la déflagration, un épais nuage de fumée et de poussière s’étendait sur l’avenue du Prado, où se trouve l’hôtel, à deux pas du célèbre édifice public du Capitole.

« On a senti une énorme déflagration et un nuage de poussière qui est arrivé jusqu’au parc [en face de l’hôtel], beaucoup de gens sont sortis en courant », a témoigné à l’AFP Rogelio Garcia, conducteur d’un vélo-taxi qui passait devant le Saratoga au moment de l’explosion. « Il y a eu une explosion terrible et tout s’est écroulé », a raconté une femme, le visage couvert de poussière, qui n’a pas voulu donner son nom. Plusieurs véhicules ont aussi été détruits.

Une école est située juste à côté de l’hôtel, mais par chance, « tous les enfants ont été évacués et aucun n’a été blessé », a souligné la présidence cubaine.

Avec Zacharie Goudreault



À voir en vidéo