Le Chili va remplacer la Constitution héritée d’Augusto Pinochet

Santiago du Chili — Les partis politiques au Chili ont conclu vendredi un accord historique au Parlement pour organiser un référendum en avril 2020 sur une nouvelle Constitution remplaçant celle héritée de la dictature d’Augusto Pinochet, dans l’espoir d’apaiser la crise sociale qui secoue le pays. Plusieurs milliers de manifestants se sont toutefois réunis une nouvelle fois en fin d’après-midi sur Plaza Italia, au centre de Santiago, désireux de ne pas relâcher la pression sur le gouvernement. Le référendum comportera deux questions : l’une sur le remplacement ou non de la Constitution et l’autre, sur la méthode pour la rédiger. Cette seconde question devra déterminer quel organe rédigera la future Constitution, soit un « Congrès mixte » — idée soutenue par la coalition gouvernementale — composé à parts égales de citoyens élus à cette fin et de parlementaires en exercice, soit une Assemblée constituante intégralement composée de citoyens élus à cette fin — idée soutenue par l’opposition et réclamée par de nombreux manifestants.