Famine en Somalie - Poursuite du pont aérien à Mogadiscio

Mogadiscio — Les organisations humanitaires ont intensifié hier leurs opérations —- pont aérien à Mogadiscio, distribution de nourriture, vaccinations dans le plus grand camp de réfugiés au monde au Kenya — contre les effets de la sécheresse qui touche des millions de personnes dans la Corne de l'Afrique.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est sur le point d'achever la distribution de 3000 tonnes de nourriture à 162 000 Somaliens dans les régions du sud et du centre de la Somalie sous contrôle des insurgés islamistes radicaux shebab.

«Il s'agit de la première distribution de nourriture à grande échelle dans cette partie du pays depuis le début de l'année», a assuré le CICR dans un communiqué.

La sécheresse en Afrique de l'Est menace environ 12 millions de personnes, selon les Nations unies.

La situation est particulièrement critique en Somalie, où l'ONU a décrété formellement en état de famine deux provinces du sud, contrôlées par les shebab. L'ONU craint que cette famine ne s'étende d'ici un à deux mois à tout le sud somalien.

Le CICR fait partie des rares organisations humanitaires internationales à avoir maintenu ses programmes dans ces régions, après l'expulsion courant 2009, sur ordre des insurgés, des agences humanitaires de l'ONU et de nombreuses ONG internationales.

De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies a acheminé un nouvel avion chargé de 10 tonnes de suppléments nutritionnels pour les enfants dans la capitale somalienne et accélérait le rythme de ses distributions de nourriture à Dollow dans le sud, près de la frontière kényane.

«Un avion est arrivé aujourd'hui [hier, à Mogadiscio], le sixième depuis le début du pont aérien mercredi [27 juillet]. Le pont aérien est en cours et va se poursuivre», a déclaré à l'AFP un porte-parole du PAM, David Orr, depuis Mogadiscio.

Dans le même temps, l'agence de l'ONU pour l'enfance, l'Unicef, a lancé une vaste campagne de vaccination contre la poliomyélite et la rougeole dans le plus grand camp de réfugiés du monde, Dadaab, qui abrite dans des conditions très difficiles quelque 380 000 réfugiés somaliens dans l'est du Kenya.

Le président somalien, Charif Ahmed, a entrepris une tournée des pays de la région, pour insister sur la nécessité de fournir de l'aide en priorité à l'intérieur du pays pour que les Somaliens ne soient pas contraints de se déplacer ailleurs.

***

Avec Reuters