Omicron fait de l’ombre sur les Fêtes à l’étranger

Le variant Omicron est devenu dominant dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, «où les chiffres sont multipliés par deux tous les un jour et demi à trois jours», selon le directeur de l’OMS pour l’Europe.
Photo: Oli Scarff Agence France-Presse  Le variant Omicron est devenu dominant dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, «où les chiffres sont multipliés par deux tous les un jour et demi à trois jours», selon le directeur de l’OMS pour l’Europe.

L’Europe se mettait en ordre de bataille mercredi, à deux jours de Noël, face à la déferlante du variant Omicron, alors qu’en Chine les 13 millions d’habitants de la ville de Xi’an étaient désormais confinés en raison d’un rebond de l’épidémie.

La France, qui parie sur une accélération de la vaccination plutôt que sur les restrictions, a lancé mercredi sa campagne pour les enfants. La Finlande s’apprête à faire de même, après plusieurs autres pays européens, dont la Belgique, le Danemark, l’Autriche, la Grèce, l’Espagne et le Portugal.

Le variant Omicron, hautement contagieux, se répand « à très vive allure » en France et il pourrait devenir majoritaire entre Noël et le Nouvel An, a déclaré le porte-parole du gouvernement. Le nombre de contaminations pourrait dépasser les 100 000 par jour dans le pays d’ici à la fin du mois, a prévenu le ministre de la Santé, Olivier Véran.

La ministre française du Travail, Élisabeth Borne, a appelé les entreprises à « accélérer » le recours au télétravail, leur demandant de viser trois jours « minimum » par semaine, voire quatre jours.

Le nouveau variant, détecté en novembre en Afrique du Sud et au Botswana, se déploie à une vitesse fulgurante sur tout le continent européen. « Omicron devient, ou est déjà devenu, dominant dans plusieurs pays, y compris au Danemark, au Portugal et au Royaume-Uni, où les chiffres sont multipliés par deux tous les un jour et demi à trois jours, entraînant des taux inédits de transmission », a déclaré le Dr Hans Kluge, directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe.

Une métropole confinée en Chine

Le gouvernement britannique a réduit mercredi de dix à sept jours la période d’isolement en Angleterre pour les personnes vaccinées ayant contracté le coronavirus, en pleine flambée des cas d’Omicron. Cela permettra, selon le gouvernement, à plus de personnes de passer Noël en famille, sans risquer pour autant de transmettre le virus.

En Allemagne, le chancelier Olaf Scholz avait annoncé mardi que les contacts, même entre personnes vaccinées, seraient limités à un maximum de dix invités pour les fêtes du Nouvel An.

Le variant Omicron est déjà largement dominant (73 % des nouvelles contaminations) aux États-Unis. Le pays est toutefois « prêt », a assuré mardi le président, Joe Biden, répétant qu’il n’y avait pas de raison de « paniquer ».

Les données cliniques des dernières semaines laissent penser qu’Omicron n’est pas plus dangereux que les précédents variants, notamment le Delta. Mais les scientifiques mettent en garde contre un effet d’optique. Car Omicron étant beaucoup plus contagieux, les conséquences pourraient être graves sur le plan collectif, la flambée des contaminations entraînant mécaniquement une hausse du nombre de patients hospitalisés — notamment les personnes fragiles ou non vaccinées — et finalement davantage de décès.

En Turquie, le vaccin Turkovac a reçu une autorisation en « urgence », a annoncé mercredi le ministre de la Santé.

73%
C’est le pourcentage de nouvelles contaminations aux États-Unis qui sont attribuées au variant Omicron.

En Chine, les 13 millions d’habitants de la métropole de Xi’an (nord), connue pour son armée enterrée en terre cuite, sont désormais confinés pour contenir un foyer de COVID-19, ont annoncé mercredi les autorités locales. Les habitants de Xi’an doivent « rester chez eux, sauf raison impérative », ont indiqué les autorités, précisant qu’une personne par ménage est autorisée à sortir faire les courses « tous les deux jours ».

Les habitants de Xi’an avaient jusqu’à maintenant besoin d’une autorisation pour prendre le train et quitter la ville.

La Chine, où est apparue la COVID-19 il y a deux ans, mène depuis l’an passé une stratégie « zéro COVID » qui consiste à tout faire pour limiter au maximum la survenue de nouveaux cas, généralement limités à quelques dizaines par jour seulement.

En Israël, le premier ministre, Naftali Bennett, a annoncé mardi que tous les Israéliens de plus de 60 ans et le personnel médical auraient droit à une quatrième dose de vaccin contre la COVID-19, après consultation avec un groupe d’experts.

Ces déclarations surviennent à un moment où Israël peine à contenir la diffusion du variant Omicron, décrétant des interdictions de voyager et d’autres restrictions sans aller jusqu’à se confiner.

La pandémie a fait au moins 5 368 777 millions de morts dans le monde depuis la fin de 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi. L’Europe enregistre actuellement le plus de cas, avec 2 870 947 cas ces sept derniers jours (60 % du total mondial), suivie de la zone États-Unis–Canada (1 108 580 cas, soit 23 % du taux mondial).

 

À voir en vidéo