Le masque dans toutes les rues de Paris

Depuis 8 h vendredi, le port du masque est de rigueur à tout moment dans l’ensemble des rues de Paris et de sa proche banlieue, sous peine d’une amende de 135 euros (210 dollars).
Photo: Christophe Archambault Agence France-Presse Depuis 8 h vendredi, le port du masque est de rigueur à tout moment dans l’ensemble des rues de Paris et de sa proche banlieue, sous peine d’une amende de 135 euros (210 dollars).

La Hongrie va interdire l’accès à son territoire aux non-résidents dès mardi afin de tenter d’enrayer une hausse du nombre des contaminations par le nouveau coronavirus, alors que la France, où l’augmentation des cas s’accélère, et l’Allemagne misent sur le port des masques.

« À partir du 1er septembre, les citoyens étrangers ne seront plus autorisés à entrer sur le territoire de la Hongrie », a déclaré le chef du Bureau du premier ministre Gergely Gulyás.

« Les citoyens hongrois qui reviennent de l’étranger doivent être mis en quarantaine pendant 14 jours ou doivent présenter deux tests négatifs », a-t-il ajouté.

De son côté, la Grèce a annoncé vendredi une prolongation jusqu’au 15 septembre du confinement imposé aux migrants dans les camps aux portes d’entrée de l’Europe, sur les îles et à la frontière terrestre, qui connaît une résurgence des cas de COVID-19.

Le masque partout

La France, où les autorités ont annoncé une dynamique de progression des contaminations « exponentielle » avec 7379 nouveaux cas en 24 heures (contre 6111 jeudi et 5429 mercredi), a quant à elle préféré rendre le masque obligatoire partout dans sa capitale.

Depuis 8 h vendredi, le port du masque est de rigueur à tout moment dans l’ensemble des rues de Paris et de sa proche banlieue, sous peine d’une amende de 135 euros (210 dollars).

Un total de 21 départements (sur une centaine) sont placés en France en « zone rouge », dont celui des Alpes-Maritimes où doivent avoir lieu les deux premières étapes du Tour de France cycliste qui commence samedi.

Le départ à Nice se déroulera en « quasi huis clos », ont décidé les autorités, et le long du parcours dans cette ville et dans son arrière-pays montagneux, le port du masque sera obligatoire.

7379
C’est le nombre de nouveaux cas de COVID-19 enregistrés en 24 heures que la France a rapporté vendredi.

La ville de Berlin, en revanche, a essuyé un camouflet : la justice a levé vendredi une interdiction décrétée par la municipalité de la capitale allemande concernant une manifestation d’opposants au port du masque et aux mesures contre la COVID-19 prévue samedi.

L’Allemagne va néanmoins faire passer à au moins 50 euros (78 dollars) les amendes pour non-port du masque et renforcer les contrôles afin de s’assurer du respect des périodes de quarantaine.

La chancelière Angela Merkel a dit vendredi s’attendre à une évolution de la pandémie « encore plus difficile » en automne et en hiver.

« Nous avons tous bénéficié de libertés et d’une protection relative contre les aérosols pendant l’été », grâce à la « vie en plein air », a-t-elle souligné, mais la donne risque de changer.

La pandémie a fait au moins 832 336 morts dans le monde depuis l’apparition du virus fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles vendredi. Plus de 24,5 millions de cas de contamination ont été diagnostiqués.

À voir en vidéo