Incendies en Australie: les réservistes de l’armée appelés en renfort

En dépit de conditions météo plus clémentes lundi, les autorités ont averti que la crise était loin d’être terminée, alors que les incendies ont transformé d’immenses étendues boisées en champs de cendres.
Photo: Saeed Khan Agence France-Presse En dépit de conditions météo plus clémentes lundi, les autorités ont averti que la crise était loin d’être terminée, alors que les incendies ont transformé d’immenses étendues boisées en champs de cendres.

Des réservistes de l’armée ont été déployés lundi dans les zones ravagées par les feux de forêt dans trois États australiens, après un week-end catastrophique sur le front des incendies qui ont fait 24 morts depuis septembre et dévasté une superficie équivalant presque à l’île d’Irlande.

En dépit de conditions météorologiques plus clémentes lundi, les autorités ont averti que la crise était loin d’être terminée, alors que les incendies, beaucoup plus précoces et virulents cette saison, ont transformé d’immenses étendues boisées en champs de cendres.

Critiqué pour la lenteur de sa réponse, mais aussi pour son piètre bilan en matière de lutte contre le réchauffement climatique, le premier ministre conservateur Scott Morrison s’est engagé à reverser sur deux ans deux milliards de dollars australiens de rentrées fiscales dans un fonds national d’aide.

« Le chemin sera long, mais nous serons au côté des populations au cours de chacune des étapes de la reconstruction », a promis le chef du gouvernement.

L’équivalent de l’Irlande parti en fumée

Épaulés par des renforts venus des États-Unis et du Canada, les pompiers australiens profitaient lundi de quelques précipitations et d’une baisse des températures pour s’attaquer à des feux échappant à tout contrôle, avant que le mercure ne remonte dans les prochains jours.

Le gouvernement a annoncé la plus importante mobilisation de réservistes de l’armée, avec l’appel de 3000 personnes qui se sont déployées lundi sur la côte est avec pour mission d’aider à évaluer les dégâts, rétablir l’électricité et distribuer aide alimentaire ou carburant aux zones sinistrées.

Pour la première fois de l’histoire australienne, le gouvernement a aussi déployé son équipe d’aide médicale pour prêter son concours aux évacuations. Celle-ci sert en temps normal dans les pays étrangers touchés par des catastrophes naturelles.

Il faut être honnête et conscient du fait que nous allons être confrontés à davantage d’incendies et davantage de dégâts chaque saison des feux. C’est la nouvelle norme.

« Il ne faut pas relâcher les efforts, notamment car 130 feux continuent de brûler » en Nouvelle-Galles-du-Sud, a déclaré lundi matin la première ministre de cet État, Gladys Berejiklian.

Vingt-quatre personnes ont péri depuis septembre dans les incendies qui ont ravagé au total près de huit millions d’hectares dans tout le pays, avec plus de 1500 maisons parties en fumée. Deux personnes sont en outre portées disparues en Nouvelle-Galles-du-Sud.

Près de huit millions d’hectares (80 000 km²) ont été ravagés dans tout le pays, soit une superficie équivalant presque à celle de l’île d’Irlande.

« C’est la nouvelle norme »

Le premier ministre de l’État de Victoria, Daniel Andrews, a créé une agence spécialisée dans l’aide aux victimes des feux de forêt. Cet organisme sera permanent, car ce genre de crise risque de se reproduire à l’avenir, du fait du réchauffement climatique.

« Il faut être honnête et conscient du fait que nous allons être confrontés à davantage d’incendies et davantage de dégâts chaque saison des feux », a-t-il dit aux journalistes. « C’est la nouvelle norme. »

Le président de cette nouvelle agence, Pat McNamara, a estimé que pour cette année, le pire était peut-être à venir.

« Nous ne sommes pas encore dans ce qui est en temps normal la haute saison des incendies », a-t-il observé sur la chaîne ABC. « Nous en avons probablement donc pour encore quatre ou cinq semaines de cette météo. »

Au fil des mois, le ressentiment s’est accru contre Scott Morrison, vivement critiqué pour le fait de privilégier le très lucratif secteur du charbon plutôt que la lutte contre le réchauffement climatique, dont le rôle est pourtant montré du doigt dans la crise environnementale actuelle.

La crise des feux s’est même invitée dimanche à la cérémonie des Golden Globes à Los Angeles, quand Jennifer Aniston a lu un message de Russell Crowe, resté en Australie pour lutter contre une catastrophe due selon lui au réchauffement climatique.

« Nous devons agir sur la base de la science, engager une transition mondiale vers les énergies renouvelables et respecter notre planète pour ce qu’elle est, un endroit unique et fascinant », disait ce message.

Bref répit pour les sinistrés

Dans la localité pittoresque d’Eden, dans l’extrême sud de la Nouvelle-Galles-du-Sud, Holly Spence, 28 ans, dit avoir passé 12 heures samedi à défendre la ferme familiale contre les flammes, après l’avoir déjà sauvée le jour du Nouvel An.

« Si nous n’avions pas été là, de petits incendies localisés auraient emporté les hangars, la maison et tout le reste », a-t-elle raconté à l’AFP. « Je n’espère pas revivre ça une troisième fois. »

Fiona Kennelly, 50 ans, qui s’est repliée vers un motel proche d’Eden avec les 24 membres de sa famille élargie, s’est dite soulagée du répit accordé par la météo.

« C’est bien de voir à nouveau la lumière du jour à la bonne heure », a-t-elle dit à l’AFP, en racontant comment le ciel pouvait s’assombrir en pleine journée du fait des fumées.

Les autorités devaient aussi gérer l’impact sanitaire, dans les grandes villes comme Melbourne ou Canberra ou dans les zones proches des incendies, de ces fumées susceptibles de provoquer des difficultés respiratoires.

Certains services publics sont restés fermés lundi à Canberra, qui demeurait en tête des villes les plus polluées au monde, devant Delhi et Karachi dans le classement d’Air Visual, site indépendant mesurant la qualité de l’air.