Le G7 travaille à des «initiatives concrètes» pour l'Amazonie

Le président français, Emmanuel Macron, a accusé vendredi le président brésilien, Jair Bolsonaro, d’avoir «menti» sur ses engagements climatiques.
Photo: Michel Spingler / Pool / Associated Press Le président français, Emmanuel Macron, a accusé vendredi le président brésilien, Jair Bolsonaro, d’avoir «menti» sur ses engagements climatiques.

Les conseillers diplomatiques des chefs d’État réunis à Biarritz « se mobilisent pour avoir des initiatives concrètes pour l’Amazonie, qui pourraient se matérialiser au G7 », a annoncé la présidence française, qui a fait de ce sujet une « priorité » du sommet.

Après avoir appelé jeudi soir les membres du G7 à « parler de l’urgence » des incendies, Emmanuel Macron a accusé vendredi le président brésilien Jair Bolsonaro d’avoir « menti » sur ses engagements climatiques et décidé en conséquence de s’opposer à l’accord UE-Mercosur.

La raison de sa position « est l’inaction de Jair Bolsonaro face au changement climatique, y compris sur les incendies », a précisé l’Élysée.

Jair Bolsonaro avait jeudi accusé son homologue français d’avoir « une mentalité colonialiste » pour avoir déclaré que les incendies en Amazonie constituaient une « crise internationale » et appelé le G7 à en parler, en l’absence du Brésil.

Les incendies en Amazonie seront parmi les principaux points du dîner informel du samedi soir, première réunion des chefs d’État et de gouvernement et coup d’envoi du sommet au plus haut niveau, après deux jours de réunions des sherpas. Ce sera aussi la priorité de la réunion environnement des chefs d’État lundi, a précisé l’Élysée.

Paris a rappelé que M. Macron avait rencontré M. Bolsonaro au G20 d’Osaka avec l’objectif d’obtenir des engagements sur le climat en contrepartie de l’accord UE-Mercosur.

« Ils avaient justement parlé d’Amazonie et le président avait rapporté au président brésilien les propos du chef indien Raoni, qu’il avait reçu à l’Élysée », a souligné la présidence française.

Le célèbre cacique était venu à Paris le 16 mai dernier et son fils avait déployé devant le chef de l’État une carte de la forêt amazonienne et des zones de risque.

Le président français avait pris l’engagement auprès du chef indien qu’il en parlerait avec Jair Bolsonaro au G20.

« Jair Bolsonaro est incapable de voir la réalité du changement climatique alors que l’Amazonie brûle sous ses yeux. Sa réaction face aux déclarations du président est de nier la réalité », a regretté Paris.