«On ne tire pas sur les fleurs pour qu’elles poussent», Catherine Girard-Audet

Photo: Du Parc en Face

Le personnage de Juliette Papillon représente à lui seul les maux de la vingtaine : l’anxiété de performance dans les relations et le travail, le coeur brisé par un amour qui consume et l’incertitude de l’avenir. Puis, il y a les potes de Juliette : Raf, l’éternel amoureux des gens à l’âme libre et à la sexualité affranchie, et Aria la fonceuse, la fêtarde et le side-kick loyal. Dans ce premier tome d’une trilogie, Catherine Girard-Audet nous embarque dans un voyage crépusculaire vers une nouvelle vie et plusieurs amours, toutes différentes, mais belles. L’autrice de La vie compliquée de Léa Olivier (Les Malins) signe le début d’une série fraîche, sans prise de tête, avec des personnages criants de vérité. On ne tire pas sur les fleurs pour qu’elles poussent est à la littérature pour jeunes adultes ce que Coeur de slush (Hurtubise), de Sarah-Maude Beauchesne, est à la littérature pour ados, une ode à la jeunesse qui rappelle que c’est correct de ne pas tout savoir, de ne pas tout avoir et de suivre son coeur.

 

On ne tire pas sur les fleurs pour qu’elles poussent

★★★★

Catherine Girard-Audet, Du Parc en Face, Montréal, 2022, 280 pages

À voir en vidéo