Houellebecq, sismographe

Christian Authier a voulu, avec ce «Houellebecq politique», ausculter la pensée politique de ce «contemporain capital» des lettres françaises.
Photo: Flammarion Christian Authier a voulu, avec ce «Houellebecq politique», ausculter la pensée politique de ce «contemporain capital» des lettres françaises.

De droite ou de gauche ? Islamophobe ? Anarchiste de droite ? Décliniste ? Réactionnaire ou provocateur ? Toutes ces réponses ? Avec du recul, il n’est pas facile de mettre en bouteille Michel Houellebecq et de lui apposer une étiquette. Comme un clin d’œil et un prolongement du Houellebecq économiste de Bernard Maris, Christian Authier a voulu, avec ce Houellebecq politique, ausculter la pensée politique de ce « contemporain capital » des lettres françaises. Depuis Extension du domaine de la lutte (1994) jusqu’à Anéantir (2022), son œuvre s’est fait l’écho de thèmes importants qui ont occupé l’espace politique, idéologique et culturel des dernières décennies : mondialisation libérale, héritage de Mai 68, poids de l’islam et déclin de l’Occident. Sismographe de la société française et de l’Occident, visionnaire ou prophète, aimé ou détesté, le romancier — parfois aussi anthropologue et pamphlétaire — se joue habilement des contradictions et des angoisses de la société française et de l’Occident. Un exercice éclairant qui fait parler les textes.  


Houellebecq politique

Christian Authier, Flammarion, Paris, 2022, 192 pages

À voir en vidéo