Les Prix des libraires dévoilés pour la littérature jeunesse 

Isabelle Arsenault et Fanny Britt ont collaboré pour la création de l’album « Truffe », gagnant dans la catégorie de la meilleure bande dessinée québécoise.
Adil Boukind Archives Le Devoir Isabelle Arsenault et Fanny Britt ont collaboré pour la création de l’album « Truffe », gagnant dans la catégorie de la meilleure bande dessinée québécoise.

Les lauréats jeunesse des Prix des libraires de 2022 ont été dévoilés jeudi matin. La romancière Fanny Britt remporte notamment les honneurs dans la catégorie de la meilleure bande dessinée québécoise avec Truffe.

Troisième collaboration entre l’autrice et l’illustratrice Isabelle Arsenault, cet album paru en septembre dernier s’adresse essentiellement aux enfants d’âge primaire, bien que le texte soit teinté de références à la musique des années 1960. Fanny Britt se voit encore une fois primée pour son travail, quatre mois à peine après avoir reçu le Prix littéraire du Gouverneur général pour son roman Faire les sucres.

Outre Truffe (La Pastèque), l’Association des libraires du Québec (ALQ) a décerné le prix du meilleur livre québécois jeunesse pour les 0-5 ans à Anne Renaud et Élodie Duhameau pour Albertine Petit-Brindamour déteste les choux de Bruxelles.

Le chanteur Patrice Michaud remporte ce prix pour la tranche d’âge des 6 à 11 ans avec son premier livre jeunesse, La soupe aux allumettes (Fonfon), illustré par le bédéiste Guillaume Perreault.

Chez les adolescents, enfin, les libraires saluent le travail de l’autrice et scénariste jeunesse Sarah Lalonde, dont le roman Trash anxieuse, paru en mai 2021 chez Leméac, aborde un sujet brûlant d’actualité, l’écoanxiété.

Les gagnants dans ces quatre catégories repartent chacun avec une bourse de 3000 dollars du Conseil des arts de Montréal. Autrement, les libraires ont également célébré la littérature jeunesse parue hors du Québec.

Si je disparais (Isatis) rafle les honneurs chez les 12-17 ans. Écrit par trois femmes autochtones du Manitoba, Brianna Jonnie, Nahanni Shingoose et Neal Shannacappo, ce poignant roman graphique aborde de front la douloureuse question des disparitions de femmes issues des Premières Nations.

Œuvre beaucoup plus légère, la série Lightfall (Gallimard), de l’auteur de science-fiction Tim Probert, est consacrée meilleure bande dessinée hors Québec. Le château des papayes, de l’Américaine Sara Pennypacker, paru également chez Gallimard, est élu meilleur livre étranger chez les jeunes de 6 à 11 ans. Cette distinction va à Sous les vagues (Les 400 coups) des Espagnols Meritxell Marti et Xavier Salomo chez les tout-petits.

À voir en vidéo