Le Salon du livre de Québec revoit à la hausse ses cachets aux écrivains

Après avoir essuyé des critiques de la part d’auteurs jugeant bien maigre leur rémunération de 75 $ pour donner des ateliers dans les écoles, le Salon international du livre de Québec (SILQ) leur offrira finalement 25 $ de plus.

« Compte tenu du contexte, et pour témoigner de son écoute, le SILQ a proposé de majorer le cachet à 100 $ », a fait savoir l’organisation par voie de communiqué mardi.

Ces derniers jours, plusieurs auteurs ont partagé leur indignation auprès de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ), estimant honteux de se voir offrir 75 $ pour animer des ateliers virtuels dans des écoles de la grande région de Québec, dans le cadre du SILQ. Selon l’UNEQ, ce n’est même pas le tiers du minimum établi par le syndicat pour ce type d’activités, soit 325 $.

Outrées, des maisons d’édition ont confié au Devoir lundi qu’elles se sont engagées à compléter le cachet du SILQ pour offrir une rémunération « décente » à leurs écrivains.

Le SILQ se dit pour sa part surpris du mécontentement dans le milieu. « [On] a proposé, de bonne foi, un cachet de 75 $ pour une prestation effectuée à partir du domicile de l’auteur(e). Le SILQ estimait que cette rémunération correspondait aux expériences antérieures et aux capacités financières exprimées par les écoles. » L’équipe de l’événement littéraire se dit prête à « participer à des échanges constructifs dans le but d’améliorer [la] rémunération [des auteurs] dans l’avenir ».

Manque de reconnaissance

Pour le directeur général de l’UNEQ, Laurent Dubois, cette augmentation de 25 dollars n’est que de la poudre aux yeux. « Le Salon avait déjà évoqué ce montant jeudi lorsqu’on a fait part de nos critiques. Pour moi, ce n’est pas une vraie proposition. Ça reste un manque de reconnaissance envers les auteurs. »

Il n’est pourtant pas rare que les auteurs soient payés seulement entre 100 et 125 dollars pour une animation de 30 minutes dans les écoles pour d’autres Salons du livre, font valoir des observateurs. Il est également fréquent que les écrivains ne soient pas payés lors de courtes entrevues, considérées davantage comme de la promotion.

100$
C’est la rémunération qu’a proposée le SILQ, au lieu des 75 $ prévus, pour donner des ateliers dans les écoles.

« Ce sont des anomalies qu’on repère depuis plusieurs années. Si on sort maintenant contre le SILQ, c’est parce que c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et parce qu’on n’a jamais été consultés pour ce projet », soutient M. Dubois.

De son côté, la présidente de l’Association québécoise des salons du livre (AQSL) tient à rappeler que le plancher de rémunération établi par l’UNEQ n’est qu’une recommandation, tout comme celui que son association propose aux Salons du livre.

« Notre plancher de prix est loin des 325 $. […] On n’est pas non plus à 75 $, mais plutôt entre les deux », indique Julie Brosseau, préférant ne pas divulguer les montants dans le détail.

« Certains salons donneront plus, d’autres moins, ils sont autonomes. Ça va dépendre de la capacité de chacun à payer », ajoute-t-elle.

Mme Brosseau explique que l’AQSL et l’UNEQ ont entamé des discussions dans les deux dernières années pour trouver un « équilibre juste » pour la rémunération des auteurs.

Avec Catherine Lalonde

À voir en vidéo