Les flâneurs

Illustration: Le Devoir
Odile Tremblay

Un pied dans le vide

La prose de Michael Delisle aime se poser sur le vertige du gouffre, ces traces d’enfer que chacun porte en soi, remontées à la surface pour asphyxier un moment ses personnages. Dans son recueil de nouvelles Rien dans le ciel (Boréal), tous les narrateurs se ressemblent. À l’heure des bilans de vie, ils capturent de lourds secrets de famille, des souvenirs pas trop nets les assaillent, ils se cherchent un legs sans avoir pris la peine de se connaître eux-mêmes. Et ces vacillements, un pied dans le vide, sont porteurs de regrets épars qui nous émeuvent. « Nausée diffuse… Chagrin larvé… », écrit-il.


Philippe Papineau

Les petites choses

Essayer de décrire How to With John Wilson, c’est un peu trahir cette série documentaire humoristique. Déjà là, c’est ça, mais pas tout à fait ça. Le New-Yorkais réalise les épisodes thématiques — sur le small talk, les échafaudages, la mémoire —, les filme et en fait la narration. Les six épisodes diffusés à HBO ou sur Crave sont donc faits d’images cocasses (ou grotesques), de mini-entrevues avec des badauds et d’un récit nerveux qui sert de fil à coudre entre tous ces blocs. C’est à la fois magnifique et complètement banal, anecdotique mais fouillé. Un bel ovni, quoi.


Caroline Montpetit

Voyage sur un manche de guitare

​La musique se moque des restrictions de transport. Le superbe Vallée embrumée du groupe gaspésien Dans l’shed donne l’occasion de replonger dans les joyaux que contiennent les trois albums précédents du groupe, Gaspericana, Les sessions liégeoises et Rivière rouge. En voyage sur les manches de guitares, banjos et autres instruments parfaitement maîtrisés, bercés par les paroles qui allient ruralité et modernité, on glisse sur le délicieux blues-folk-country de titres, dont La disparue, Dans l’bois, Lou Leblanc, À travers mon chapeau. Vivement la suite et l’occasion de les voir sur scène ! En personne.


Louise-Maude Rioux Soucy

Tous sur le même lièvre

C’est à un acte de résistance doublé d’une éclatante camaraderie tissée par le papier que nous convie l’initiative Une ville, un livre. Fière ville de littérature UNESCO, la Ville de Québec invite chacun à se plonger dans Le lièvre d’Amérique (La Peuplade), une fable animalière moderne qui conjugue soif de performance et retour à un état de nature oublié. Singulière, tant dans sa forme que son propos, la proposition déroutante de Mireille Gagné résonne d’autant plus fort qu’elle se télescope à merveille dans nos vies encabanées, coupées des autres et de ce qui nous relie à la nature. Un livre surprenant.