«Carré», Mac Barnett et Jon Klassen

C’est au tour de Carré de changer sa perception de lui-même et des autres.
Photo: Jon Klassen C’est au tour de Carré de changer sa perception de lui-même et des autres.

Le prolifique duo Barnett et Klassen poursuit sa série de contes mettant en scène des personnages géométriques plutôt que des animaux. Après Triangleen 2017, c’est au tour de Carré de changer sa perception de lui-même et des autres. Dans cette sympathique fable, le costaud quadrilatère, qui passe ses journées à transporter des blocs de pierre, veut épater son amie, la « parfaite » Cercle. Le croyant « génial », cette dernière lui a demandé de lui sculpter une œuvre à son image, mais Carré doute fort de son talent et de ses capacités à y parvenir… On retrouve encore dans cet album la douce ironie qui émane de la prose concise et ludique de Barnett et le trait de crayon si reconnaissable de Klassen (la série des « Chapeaux »), qui sert à merveille ce récit d’amitié avec une finale en forme de point d’interrogation moqueur… De quoi faire travailler un peu l’imagination des jeunes lecteurs de la fin du préscolaire et leurs aînés.

Carré

★★★★

Mac Barnett et Jon Klassen, traduit de l’anglais par Kevin Viala, Scholastic, Toronto, 2018, 40 pages