Présence massive de poètes québécois au Marché de la poésie à Paris

La poétesse Hélène Dorion fera partie de la délégation québécoise composée de dix invités d’honneur au Marché de la poésie à Paris.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir La poétesse Hélène Dorion fera partie de la délégation québécoise composée de dix invités d’honneur au Marché de la poésie à Paris.

La poétesse québécoise Hélène Dorion fréquente le Marché de la poésie de Paris depuis ses débuts, il y a 36 ans. Mais cette année, sa présence sera portée par une situation particulière. Le Québec est en effet l’invité d’honneur du 36e Marché de la poésie de Paris, du 6 au 10 juin.

La délégation québécoise sera donc composée de dix invités d’honneur, et de plusieurs autres poètes et artistes québécois qui proposeront une programmation scénique importante autour de l’événement. De même, la Maison de la poésie de Montréal a conçu un parcours de PoésieGo!, par lequel les voix des poètes québécois se feront entendre au cours d’une promenade dans différents lieux de la ville, de l’hôtel de Sully au Panthéon. On pourra donc entendre les mots de Carole David ou de Natasha Kanapé Fontaine au Palais-Royal, par exemple.

Une première

C’est la première fois que le Québec est l’invité d’honneur de cet important marché de la poésie. Et c’est dû entre autres aux efforts de Jean-François Poupart, éditeur de la maison Poètes de Brousse, qui a convaincu le Marché de la pertinence de la candidature québécoise, rappelle Isabelle Courteau, directrice de la Maison de la poésie de Montréal.

Reste que les poètes québécois ont de tout temps été présents au Marché de la poésie de Paris. Des maisons d’édition comme Le Noroît et les Écrits des Forges y sont depuis les débuts, et ont réalisé diverses coéditions avec les éditeurs français de poésie Le Dé bleu et Le temps des cerises.

« C’est une grande manifestation autour de la création, raconte Hélène Dorion. Il y a un très bon achalandage, tant au niveau du nombre de poètes que du public qui vient. » La présence d’honneur du Québec cette année aura pour effet, selon elle, de consolider des liens déjà très féconds. « Le Marché de la poésie de Paris, c’est 50 000 visiteurs », poursuit Isabelle Courteau.

Anciens et nouveaux

Dans la liste des invités d’honneur cette année à Paris, on trouve autant des vieux routiers, comme Claude Beausoleil, que de nouveaux visages, comme Daphné B., qui vient de signer le recueil Delete, aux éditions de l’Oie de Cravan, ou comme Baron Marc-André Lévesque, qui signait Toutou tango, aux Éditions de l’écrou.

En tout, une cinquantaine de poètes québécois atterriront à Paris pour l’occasion, ajoute Richard Prieur, directeur de l’Association nationale des éditeurs de livres, qui encadre l’événement. M. Prieur compte beaucoup sur la présence scénique des poètes québécois pour étonner la France.

Cette prestation de spectacles « risque de bousculer les choses », dit-il.

Au calendrier du Marché

La veille de l’ouverture du Marché, soit le mardi 5 juin, le groupe Mutante Thérèse accompagnera les poètes Catherine Lalonde (aussi journaliste au Devoir), Daria Colonna, Dany Boudreault et François Guerrette. Le mercredi 6 juin, Nicole Brossard proposera un concert où musique et poésie se feront écho, avec la pianiste et poète Laure Cambau. Le jeudi 7 juin, André Pappathomas proposera le spectacle Poèmes de détention et quelques « contres », une mise en scène en voix et en musique d’extraits de l’œuvre poétique de Claude Gauvreau, avec la participation de Rachel Burman au violoncelle et d’Anne Julien, mezzo-soprano. Le vendredi 8 juin, l’organisme Rhizome présentera le spectacle Plus haut que les flammes. Dans une mise en scène dépouillée qui plonge le spectateur dans un état d’écoute attentive, la poétesse Louise Dupré se fera lectrice, accompagnée de Nicolas Jobin, qui livrera une musique inspirée de ses textes. Et enfin, le samedi 9 juin, l’auteur-compositeur-interprète Tire le Coyote donnera un spectacle.