«Une femme infréquentable»: portrait en coupe avec cadavres

Chris Dolan
Photo: Métaillé Noir Chris Dolan

La délinquance est une donnée universelle et Glasgow, comme toutes les villes modernes, n’y échappe pas. Coup sur coup, à quelques jours d’intervalle, on découvre dans des parcs les cadavres de trois jeunes adolescents abattus d’une balle dans la tête puis sauvagement mutilés.

On suivra la procureure Maddy Shannon alors qu’elle accompagne les enquêteurs afin de monter son dossier pour les procès à venir. C’est cet angle bien particulier — celui, presque technique, du procureur — qui fait l’intérêt du livre.

D’abord à cause du personnage plutôt iconoclaste de Maddy : célibataire, mi-trentaine, élégante et plutôt portée sur le vin blanc, elle est issue d’une modeste famille arrivée d’Italie au début du XXe siècle. C’est par elle qu’on suivra l’enquête de l’intérieur tout en assistant (en parallèle et en italique) à l’arrivée puis à l’implantation des Di Rio, migrants avant le temps, dans la société écossaise.

En résulte une sorte de portrait en coupe d’une société de plus en plus en perte de repères… étrangement semblable à celui qu’on peut tracer aujourd’hui un peu partout. À un point tel que s’impose même un parallèle troublant avec des scènes de crime similaires… à New York.

Avec Maddy Shannon et les policiers chargés de l’enquête, on découvrira l’univers sans issue dans lequel évoluaient les jeunes victimes : drogues, prostitution, chômage, violences et agressions en tous genres. On assistera aussi à la montée des solutions radicales prônées par certains pour « régler le problème »… jusqu’à ce qu’on saisisse, à la toute fin, qui mène le jeu.

Chris Dolan manie fort bien les règles du genre ; son écriture souple et riche, bien rendue par le traducteur, sait jouer sur plusieurs registres tout en dévoilant des personnages éminemment crédibles. Résultat : ce premier roman noir est une réussite.

Extrait de « Une femme infréquentable »

« Ces trucs-là, ça me scie toujours, grommela Russell. J’veux dire, c’est triste et tout ça, mais… Coulter et Maddy le dévisagèrent. Oh allez… Les gosses comme ce Sy Kennedy pourrissent la vie de tout le monde. On ne peut pas passer devant un groupe dans la rue sans se faire traiter de tous les noms. Faut arrêter avec cet angélisme, non ? Il n’attendait pas de réponse, mais s’éloigna de quelques pas, sûr de son droit. Coulter toussa. Réussit finalement à soutenir le regard de Maddy. »

Une femme infréquentable

★★★

Chris Dolan, traduit de l’anglais par David Fauquemberg, Métaillé Noir, Paris 2018, 346 pages