Le Mai 68 des Caraïbes, Romain Cruse

Sous les pavés, il y avait la plage, en mai 1968, en France. Mais sur les plages, il y avait aussi, au même moment, le même esprit de révolte et d’affirmation populaire. On pourrait croire que les mouvements sociaux et étudiants qui ont teinté l’année 1968 n’ont été que français, et un peu nord-américains. Or l’histoire a oublié que Mai 68 s’est aussi joué à San Juan à Porto-Rico, à La Havane, en République dominicaine, en Jamaïque et même en Haïti, où les masses se sont mises en marche pour rêver un autre avenir et se libérer de leurs chaînes, rappelle le géographe français Romain Cruse, qui vit à Fort-de-France, en Martinique, dans cet essai singulier. Villages contre villes, colonisés contre colonisateurs, petits pays contre l’impérialisme américain et rêve d’un nouveau socialisme, l’ouvrage ratisse large, et a surtout le mérite de rappeler que la grande histoire a toujours tendance à faire oublier celle des plus petits.

Le Mai 68 des Caraïbes

★★★ 1/2

Romain Cruse, Mémoire d’encrier, Montréal, 2018, 400 pages