«Fire and Fury»: le livre de Michael Wolff témoigne d’un chaos qu’il alimente lui-même

Donald Trump sur le point de monter à bord de l’avion présidentiel en direction de Nashville, au Tennesse, le 8 janvier
Photo: Jim Watson Agence France-Presse Donald Trump sur le point de monter à bord de l’avion présidentiel en direction de Nashville, au Tennesse, le 8 janvier

Le pire n’est jamais certain. Et il s’amenuise même avec le temps.

C’est ce qu’on se dit après avoir replongé, à la faveur d’un petit ménage de bibliothèque cette fin de semaine, dans le rapport de Kenneth Starr sur l’affaire Monica Lewinsky, mis en livre en 1998, après sa diffusion large et orchestrée sur le Web. Souvenez-vous : l’intimité de Bill Clinton y était dévoilée sous la plume du procureur indépendant chargé de faire la lumière sur les mensonges allégués du locataire d’alors de la Maison-Blanche autour d’une sombre histoire alliant pouvoir, stagiaire et adultère. L’image du président américain s’y faisait écorcher, tout comme le prestige de sa fonction, dans un tout dont la planète entière s’est gaussée pendant des mois.

Tout un cirque, oui, mais un cirque qui, presque 20 ans plus tard, prend désormais des allures de saynète un peu grossière au regard des 320 pages que le journaliste américain Michael Wolff vient de porter à la connaissance de ses contemporains sous le titre Fire and Fury : Inside the Trump White House. Le livre, en tête des ventes sur Amazon depuis sa sortie devancée de quatre jours vendredi dernier, se lit comme une étrange comédie politique qu’un Mike Judge (réalisateur du film Idiocracy et de la série télé Silicon Valley) aurait très bien pu concevoir. Il détaille tout l’absurde de la première année de présidence du magnat de l’immobilier et star de téléréalité Donald Trump.


Le chaos pour stratégie

Dans un paradoxe aussi inquiétant que savoureux, l’objet témoigne du chaos quotidien au sein de la Maison-Blanche, chaos que le livre lui-même entretient désormais : trois jours après la publication des bonnes feuilles par plusieurs quotidiens américains, Steve Bannon, éminence grise de Trump qui, dans les pages du livre de Wolff, qualifie le fils du président, Donald fils, de « traître » pour avoir organisé une rencontre avec une représentante du gouvernement russe pendant la campagne électorale, s’est timidement distancié de ses propos dimanche. Il a parlé d’« informations inexactes » et rappelé que « Junior » est un « patriote et un homme bien », et ce, dans un geste très « bannonien » consistant à multiplier, d’après Wolff, les réalités dans l’espoir de mettre le bordel partout où il passe.

« Le chaos, c’est la stratégie de Steve », résume Katie Walsh, politicienne qui comme bien d’autres a fait un passage éclair au sein du gouvernement Trump, à titre d’adjointe du directeur de cabinet Reince Priebius, avant de retourner, tout comme lui d’ailleurs, à une vie normale. Dans ce récit d’une présidence singulière, Bannon est dépeint en intrigant, en comploteur, à l’origine des fuites d’informations qui, depuis un an, éclaboussent le clan Trump. C’est lui qui aurait sorti de l’ombre cette rencontre compromettante entre Donald Trump fils, Jared Kushner et Paul Manafort avec l’avocate russe Natalia Veselnitskaya, le 9 juin 2016 dans une salle de conférence du 25e étage de la Trump Tower à New York.

« C’est pire que ce que vous pouvez imaginer, peut-on lire dans un courriel qui résume la pensée de Gary Cohn, ex-grand patron de la banque d’investissement Goldman Sachs devenu directeur du Conseil national économique. Un idiot entouré de clowns. Trump ne lit jamais rien — pas une page de notes de service, de documents d’orientation, rien. Il laisse des leaders internationaux à mi-rencontre parce qu’il s’ennuie. Et son personnel ne fait pas mieux. Kushner est un enfant qui ne connaît rien. Bannon est un con arrogant qui se croit plus brillant qu’il ne l’est. »

Selon un haut gradé de la Maison-Blanche cité par CNBC, Gary Cohn dément toutefois avoir tenu ces « propos ridicules ».

Réalité ou réalité alternative ? Michael Wolff est devenu depuis vendredi ce messager qui attire autant sur lui les regards que les attaques pour son message, dont il assure pourtant qu’il est le fruit de conversations menées dans les 18 derniers mois avec le président lui-même, mais aussi avec son personnel et ses proches rencontrés dans la West Wing de la Maison-Blanche où, depuis le 20 janvier dernier, le journaliste, un habitué des portraits politiques cultivant effet de style et spectaculaire, assure avoir eu ses entrées. Un « livre bidon », a résumé Trump dont on évoque dans ces pages la difficulté à s’adapter à la vie au sein de l’illustre maison, les heures qu’il passe enfermé seul dans sa chambre, son rapport distant à sa femme, Melania, qu’il qualifie de « femme trophée », ou encore son rapport obsessif à la télévision — sa seule source d’information — et aux cheeseburgers — qu’il se fait acheter chez McDo pour être sûr de ne pas être empoisonné. Une psychologie d’un dirigeant — et d’un entourage fragile — qui révèle finalement un portrait aussi prévisible que cohérent avec les apparences, les tweets du président et le roulement de personnel à la Maison-Blanche, portrait d’une présidence dont on ne peut qu’espérer que le caractère improvisé, absurde et ridicule ne se dépréciera toutefois jamais avec le temps.

 

Fire and Fury: Inside the Trump White House (non traduit)

★★★ 1/2

Michael Wolff, Henry Holt Publishing, New York, 2018, 322 pages