Mato grosso, Ian Manook

Le Mato grosso est une grande brousse brésilienne et le théâtre du plus récent polar d’Ian Manook. Le romancier Jacques Haret, principal protagoniste, y aurait commis un meurtre et un viol avant de s’enfuir, en toute impunité. Trente ans plus tard, Haret publie un roman, confession de ses actes, dont le succès populaire lui vaut une invitation à y retourner. Là-bas cependant, loin d’y trouver un concert d’éloges, il est accueilli par Santana, policier qui invoque la fiction pour le mettre au banc des accusés. Chassé-croisé entre le roman dans le roman, catalyseur de toute l’intrigue, et le duel auquel se livrent Haret et Santana, Mato grosso est une somptueuse plongée dans les paysages torrides, majestueux et hostiles de cette région du Brésil. La fiction a-t-elle force de vérité ou n’est-elle que mensonges ? Mato grosso, en dépit de ses dialogues trop bavards et de ses descriptions redondantes, est un polar honnête.

Mato grosso

★★★

Ian Manook, Albin Michel, Paris, 2017, 319 pages

1 commentaire
  • Mario Jodoin - Abonné 6 janvier 2018 22 h 42

    Un polar honnête

    On s'attend à mieux d'Ian Manook.